Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Bouaké : une mission exploratoire en prélude à l’installation la Plateforme Locale de Dialogue Public Privé

Publié le lundi 17 mai 2021  |  Abidjan.net
Bouaké
© Autre presse par DR
Bouaké : une mission exploratoire en prélude à l’installation la Plateforme Locale de Dialogue Public Privé
Une mission préparatoire d`installation de la Plateforme Locale de Dialogue Public Privé (PLDPP) a eu lieu du 04 au 07 mai 2021 à Bouaké. L`objectif immédiat des représentants du Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation État - Secteur Privé (SE-CCESP) était d`échanger avec les autorités locales en vue de l`installation de la PLDPP de cette ville.


Une mission préparatoire d'installation de la Plateforme Locale de Dialogue Public Privé (PLDPP) a eu lieu du 04 au 07 mai 2021 à Bouaké. L'objectif immédiat des représentants du Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation État - Secteur Privé (SE-CCESP) était d'échanger avec les autorités locales en vue de l'installation de la PLDPP de cette ville. Cette démarche vise tout d'abord, à promouvoir le Dialogue Public Privé à l'échelle locale, afin de contribuer à l'amélioration du climat des affaires et la gouvernance économique ; ensuite, à assurer une meilleure structuration du DPP dans les pôles économiques régionaux ; et enfin, à faciliter l'accès à l'information des acteurs public et privé sur les programmes, stratégie et réformes relatifs au développement du secteur privé.

Au cours de son séjour dans la capitale du Gbêkê, la délégation conduite par le Conseiller Technique M. Georges Copré a eu plusieurs audiences avec les autorités locales. Le mardi 04 mai 2021, elle a été respectivement reçue par le Préfet de la région de Bouaké, M. Tuo Fozié, le maire de la ville de Bouaké M. Nicolas Djibo ainsi que le vice-président du Conseil régional de Bouaké M. Kouassi N'guessan.

Dans son agenda, il était aussi prévu deux focus group. Le premier était destiné aux directeurs régionaux de la localité. La délégation a pu les rencontrer le mercredi 05 mai dans les locaux de la préfecture de la ville. Les questions abordées lors des échanges ont porté entre autres, sur la nécessité d'asseoir un cadre de concertation en vue de la réussite du partenariat public privé dans le cadre de l'exécution des projets locaux. La résolution de certaines problématiques locales telles que l'orpaillage clandestin ; l'implication dans la plateforme de concertation de toutes les structures étatiques ainsi que de l'ensemble des directeurs régionaux qui encadrent l'activité économique à Bouaké figuraient au nombre des points inscrits à lordre du jour. Les questions relatives à la collecte des préoccupations locales et au mode d'animation de la plateforme locale, ainsi que celles spécifiques au secteur du transport telles que la taxe de stationnement et l'application de la nouvelle loi d'orientation du transport qui fait du transporteur un entrepreneur ont été également évoquées. Sans oublier la question de l'autonomie financière des entités décentralisées...

Le second focus group a pu se tenir le jeudi 06 mai 2021. C'était avec les acteurs du secteur privé de la ville. A ce niveau, les préoccupations abordées ont porté sur les questions relatives à la représentativité des acteurs des secteurs tels que les BTP, les commerçants et les artisans dans le Comité Local de Dialogue Etat-Secteur Privé.

Le mode de formulation et de traitement des préoccupations ainsi que le rôle et les prérogatives du comité local de dialogue Etat-Secteur Privé dans la résolution de certaines problématiques propres à la ville de Bouaké telles que le redécollage industriel de la deuxième plus grande ville de Côte d'Ivoire, ont fait lobjet d'une réflexion toute particulière.

La délégation s'est également rendue lors de cette même journée sur les installations de trois (03) principales unités industrielles opérant dans le secteur du textile. Il sagit de la société Global Coton S.A, intervenant dans l'égrenage du Coton, avec une capacité d'égrenage de 25.000 tonnes. Cette visite a permis de se rendre à l'évidence des difficultés liées à son fonctionnement dont celle de l'approvisionnement en matières premières (la société ne reçoit que 300 tonnes par campagne alors qu'elle a une capacité d'égrenage de 25 000 tonnes par campagne). Cela met en exergue un découpage de la zone d'intervention et d'approvisionnement inappropriée (la zone de Bouaké attribuée à la société ne produit presque pas de Coton), sans oublier des problèmes de financement dans la stratégie de développement du coton dans la zone de Bouaké ainsi que la pression fiscale et les lourdeurs administratives de tous ordres.

Les membres de la délégation ont enregistré, pour la seconde unité industrielle visitée, les problèmes de fonctionnement liées à la société FTG, spécialisée dans la production des produits finis du coton tels que les bobines, les tissus, les draps de lits, les nappes de tables, la confection des tenues professionnelles (tenues des agents de la CIE, des blouses pour les établissements professionnels etc... Ces difficultés sont entre autres, la vétusté du matériel d'usinage (qui entraîne un sous fonctionnement de la société qui d'une capacité de 25 tonnes/ jour est actuellement à 1,5 tonne/ jour). Il convient de mentionner aussi le manque de financement pour le renouvellement des matériels d'usinage ; la non cotisation des prestations de la CNPS ainsi que le non-paiement des charges fiscales (impôts etc…). A cela s'ajoute les lourdeurs administratives, notamment les formalités douanières pour importer le matériel d'usinage.

La troisième entité industrielle visitée a été la société Textile Côte d'Ivoire (TEX – CI), spécialisée dans l'impression des produits finis tels que les tissus, les pagnes "Fanci", les pagnes de la journée de la femme, et bien dautres tissus utilisés en Côte d'Ivoire. Comme les deux précédentes entreprises, elle est confrontée à plusieurs difficultés dans son fonctionnement. La plus urgente signalée lors de la visite est celle de l'interruption de la fourniture d'électricité (avec un manque de communication de la CIE sur les horaires de coupure). A cela s'ajoute la question de la concurrence déloyale des produits importés.

Notons que la délégation de la mission préparatoire d'installation de la Plateforme Locale de Dialogue Public Privé à Bouaké était composée de M. Georges Copré, Conseiller Technique et chef de délégation et de MM. Souleymane Sangaré et Ebénisaire NCho respectivement, Conseiller Technique et Chargé d'études au CCESP, responsables projet de la PLDPP de Bouaké.

Sercom
Commentaires
Playlist Société
Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment