PUBLICITÉ

Politique Publié le mardi 28 décembre 2010 | Notre Voie

Crise post électorale Bernard Cardinal Agré : “Une fois que le Conseil constitutionnel décide, il faut suivre l’ordre”

© Notre Voie Par Prisca
Eglise catholique : Mgr Bernard Agré
Bernard cardinal Agré, archevêque émérite d’Abidjan, demande que la constitution ivoirienne soit respectée dans le cadre de la crise post-électorale qui survient après le second tour de l’élection présidentielle du 28 novembre dernier en Côte d’Ivoire. Pour lui, il faut suivre la décision du Conseil constitutionnel qui a proclamé Laurent Gbagbo, président de la République de Côte d’Ivoire. Il a fait l’exhortation lors de l’émission Raison d’Etat de la Première chaîne de la Télévision ivoirienne (RTI), la semaine dernière.

Le cardinal Bernard Agré demande au président Laurent Gbagbo et au président du RDR, Alassane Ouattara, de se mettre ensemble et de trouver une solution à la crise post-électorale. “Je dis seulement, une fois que vous avez décidé, suivez l’ordre, la légalité et allons-y”, a-t-il dit. Pour lui, il y a des gens qui sont commis pour instituer la légalité par la loi, par la constitution (NDLR : fait allusion au Conseil constitutionnel). Et que si ces gens ont fait leur travail, s’ils ont cherché la vérité des faits, il ne doit pas avoir de polémique sur la proclamation des résultats de l’élection présidentielle du 28 novembre dernier. Il reconnaît qu’en tant que pasteur, il n’est pas de son ressort de dire qu’il ne reconnaît pas un tel ou un tel en tant que président de la République. “Dans ce cas je défais tout. Je refais tout. Pourquoi ? Est-ce j’ai autorité pour faire cela ?”, s’est-il interrogé. L’archevêque émérite d’Abidjan, Bernard Agré supplie le président Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara de faire baisser la tension post-électorale car la vie des populations en jeu. “Il faut qu’ils viennent à la télévision devant tout le monde. Pas en catimini. Chez le cardinal ou chez un évêque. Que tous viennent dire à la télévision : Nous ne voulons plus, à partir d’aujourd’hui, que l’on tue ou moleste quelqu’un à cause de notre nom, à cause de notre gloire”, a-t-il prévenu. Il estime que les Ivoiriens doivent tout faire pour protéger leur pays parce qu’ils n’ont pas d’autres patries en cas de guerre. “Si le pays brûle, nous n’irons nulle part. Sauf aller dans la mer, où les requins vont nous accueillir”, a-t-il prévenu. C’est en cela qu’il estime que les Ivoiriens doivent être solidaires. “Mettons balle à terre. Ne rendons pas coup pour coup. N’allons pas provoquer les autres”, a-t-il conseillé. Il supplie les uns et les autres d’arrêter d’envoyer des mercenaires en Côte d’Ivoire. Et que plus personne ne soit tué à cause des ambitions politiques.

Bernard Agré est convaincu que la communauté internationale n’a pas de cœur. “Elle n’a que la volonté de dominer et d’avoir des intérêts”, a-t-il révélé. Il ne comprend pas pourquoi la Côte d’Ivoire est l’objet de tant de convoitise de cette communauté. Il a pris l’exemple d’un Français de la haute finance qui dit que le pétrole ivoirien est à l’origine de la crise en Côte d’Ivoire. Pour le cardinal Agré, les intérêts des Ivoiriens doivent être pris en compte dans l’exploitation de leurs ressources

Gomon Edmond

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ