x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Politique Publié le mercredi 16 mars 2011 | Notre Voie

Après Addis-Abeba / Koné Katinan : “Nous ne devons pas reculer”

© Notre Voie
Justin Koné Katinan, Ministre du Budget du Gouvernment du Président Laurent Gbagbo
«La décision prise à Addis-Abeba, ce n’est pas nouveau pour nous. Nous ne croyions pas à un miracle», estime Justin Koné Katinan relativement à la dernière rencontre du Panel qui s’est déroulée à Addis-Abeba. Le ministre délégué au Budget s’adressait, le vendredi 11 mars, au Conseil économique et social, aux militants de La Majorité présidentielle du nord et du Zanzan ayant fui les exactions des terroristes d’Alassane Dramane Ouattara. Toujours sur le même chapitre du Panel et faisant allusion aux mesures jugées des plus inhumaines prises contre les Ivoiriens, il a prévenu: «Nous allons souffrir, nous allons prendre des coups, mais nous ne devons pas reculer. Le combat est engagé, il faut qu’on le mène et nous devons le mener avec le nord».


Selon lui, il est hors de question de penser à la partition de la Côte d’Ivoire, parce que, se défend-il, le nord de la Côte d’Ivoire est intimement lié au reste du pays. Il a plutôt exhorté les populations à équilibrer l’opinion pour tuer le sentiment selon lequel Alassane Dramane Ouattara et le Rdr seraient les seuls à dicter leurs lois au Nord.

Parrain de cette journée dédiée à ses camarades militants persécutés dans le nord par le Rdr, le ministre Koné Katinan a remis 32 tonnes de riz, des seaux, des nattes et des draps afin d’essayer de s’adapter à leurs nouvelles conditions de vie d’Ivoiriens exilés dans leur propre pays par la force des armes. Il a précisé que cette aide n’est pas destinée aux seuls militants du Fpi, mais bien à tous les déplacés du grand nord et du Zanzan du fait de leur soutien au président Laurent Gbagbo.

Le président du Conseil économique et social a appuyé cette initiative en remettant la somme de 1 million FCFA. Laurent Dona Fologo a saisi la balle au bond pour dire qu’il n’attendait rien du Panel en ce sens que, selon lui Alassane Ouattara était déjà présenté comme le président élu reconnu par la communauté internationale. «Pourquoi on nous envoie le Panel si l’autre est dès le débat d’office appelé président élu reconnu par la communauté internationale ?», s’est-il interrogé.

Pour lui, c’est le contraire qui aurait surpris, car, a-t-il poursuivi, il n’y a pas plus de 10 pays africains qui jouissent réellement de leur indépendance et de leur liberté. De nombreux pays et leurs chefs sont, à l’en croire, toujours aliénés par la France. Mais, faisant une lecture de la crise ivoirienne afin de permettre sa meilleure compréhension, Laurent Dona Fologo a soutenu que la Côte d’Ivoire subit la guerre du cacao et du pétrole. Et, rapportant des confidences de feu Houphouet-Boigny, il a fait remarquer que « plus on a le pétrole, plus on a des problèmes ». Et de poursuivre: «Les Blancs sont d’une méchanceté rare quand leurs intérêts sont en jeu».

Soutenant l’idée de l’équilibre de l’opinion dans le nord, il a invité ses sœurs et frères à plus de courage pour mettre en place une plate-forme du Grand Nord, -y compris le Zanzan. Le président du Conseil économique a clarifié sa pensée en expliquant qu’il ne s’agit pas d’une charte, mais d’un éveil de la conscience dans le nord pour se débarrasser de tous les complexes dont souffrent beaucoup. «Organisons-nous pour nous soutenir et pour que la Côte d’Ivoire ne se développe pas sans le nord», a conclu Dona Fologo.

Parlant au nom des déplacés bénéficiaires de ce geste de solidarité, Fatou Coulibaly, professeur de mathématiques et militante du Fpi, a salué les donateurs, avant de déplorer qu’au lieu de servir des élections dignes du nom, le candidat du Rdr et les rebelles se sont donné en spectacle par la barbarie et une violence aveugle.

Quant au principal initiateur de cet élan d’assistance, le président du Collectif des fédérations FPI du nord et du Zanzan, Diomandé Kessé, il a dit pourquoi il a initié cette rencontre de soutien à ses camarades en détresse.

Rappelons que tous les cadres républicains du nord et du Zanzan, notamment les autres ministres, se sont fait représenter. Mais la Haute autorité du Zanzan, le député Palé Dimaté, et Sangolôbe Abou Coulibaly, secrétaire général adjoint de la Présidence, étaient présents.

Benjamin Koré

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ