x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Politique Publié le lundi 6 juin 2011 | L’intelligent d’Abidjan

En meeting à Yopougon / Alphonse Soro : "C’est au FPI de demander pardon aux Ivoiriens"

© L’intelligent d’Abidjan Par EMMA
Réconciliation nationale: le président de l`Alliance pour le changement (APC), Soro Alphonse à Port-Bouët 2 (Yopougon)
Samedi 4 juin 2011. Abidjan
Invité spécial d’un meeting de réconciliation organisé par les populations de Yopougon-Port Bouet II le samedi 4 juin 2011, Alphonse Soro a confirmé que le changement est désormais une réalité en Côte d’Ivoire.

Pour le président de l’APC (Alliance pour le changement), tout le monde doit s’engager résolument aux côtés du Président Alassane Ouattara afin que celui-ci accomplisse son programme de gouvernement. Il a exhorté les populations de ce quartier martyr au pardon, à la tolérance et à la réconciliation tant prônée par le chef de l’Etat. « La Côte d’Ivoire revient de loin. Le défi qui nous incombe aujourd’hui, c’est d’aider le Président de la République dans la mise en place de son programme de gouvernement. Alassane Ouattara est le Président de la Côte d’Ivoire et non des Dioula ou des Baoulé. C’est pour cela que nous devons cultiver sa politique du vivre ensemble. Il faut aider le chef de l’Etat pour qu’on ne retombe pas dans les travers du passé. Ensemble, nous devons contribuer à la reconstruction de la Côte d’Ivoire », a-t-il exhorté. Poursuivant, Alphonse Soro a exprimé sa déception face au refus du FPI de participer au nouveau gouvernement. Pour lui, le parti de l’ex-chef de l’Etat Laurent Gbagbo est le bourreau qui veut se constituer en victime. « Quand tu écoutes les discours des tenants du FPI, tu as l’impression qu’ils n’ont pas conscience des torts qu’ils ont causés à la Côte d’Ivoire. On ne peut pas massacrer plus de 3000 Ivoiriens et venir se comporter en victime. Il faut qu’il demande pardon aux Ivoiriens », a fait savoir le président de l’APC.

Représentant les femmes RHDP de Yopougon, Mariam Touré, a pour sa part, rappelé que l’heure est venue de se regarder en face, se parler, se pardonner et de se réconcilier. « Chacun doit œuvrer pour consolider l’esprit de convivialité qui régnait autrefois à Port-Bouet II », a-t-elle indiqué. Cette rencontre s’est déroulée en présence des responsables FRCI, des chefs traditionnels et des leaders religieux de Port-Bouet II.

David Yala

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ