x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Politique Publié le mardi 14 juin 2011 | Nord-Sud

8 000 combattants, 200 commandants: Les vérités de Zackaria sur Abobo

Quatre heures de vérités. C’est le temps qu’ont duré les échanges entre le ministre Koné Messemba, le commandant Koné Zackaria, chef du groupement tactique 2, le colonel Soumahoro, coordonnateur des différents groupements tactiques et le commandant Koné Gaoussou alias Jah Gao, patron du groupement tactique 9. A l’ordre du jour : la liste des 8 mille combattants d’Abobo déposée à l’état-major et des 200 personnes se disant commandants, basées dans la commune du maire Adama Toungara. La rencontre a eu lieu, vendredi dernier, à la cité universitaire d’Abobo1 de 10h à 14h. Prenant la parole, Koné Zackaria a indiqué que le recensement de 8 mille combattants à Abobo n’est pas vrai. « Dites la vérité aux jeunes gens. Ils n’ont pas combattu. S’il y avait 8 mille combattants à Abobo, nous n’aurions pas eu besoin d’aller chercher des jeunes au Nord pour venir combattre à Abidjan. Arrêtez de prendre de l’argent avec les jeunes gens pour leur faire croire qu’ils seront militaires. Nous apprenons trop de choses sur Abobo », a conclu le commandant du groupement tactique 2. A sa suite, c’est le ministre Koné Messemba, qui a pris la parole pour dire qu’il y a trop de commandants à Abobo et chacun fait ce qu’il veut. « La commune compte 200 supposés commandants d’unités. Ne jouez pas avec les grades. Ils sont très importants dans l’armée. Ne devient pas commandant qui veut. Tous ceux qui sont dans les commissariats et les brigades se font appeler commandant. Nous ne pouvons le tolérer », a martelé l’ancien ministre des victimes de guerre. Quant au colonel Soumahoro, premier responsable des dix commandements tactiques, il a été plus incisif. Pour lui, il y a un seul commandant à Abobo qui n’est personne d’autre que le commandant Jah Gao. « Je ne reconnais que 10 commandants de groupement tactique. A Abobo, je ne reconnais que Jah Gao. Si quelqu’un bafoue votre autorité parmi les 200 chefs de guerre, informez-nous. Nous allons prendre des dispositions le concernant. Il faut que chacun d’entre nous sache que la guerre est terminée. C’est la période de la réconciliation et de la reconstruction du pays », a insisté le colonel Soumahoro.

Bahi K.

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ