x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le vendredi 14 octobre 2011 | Nord-Sud

Grève contre les Frci : Les malades fuient le Chu de Treichville

La grève des urgences médicales du Chu de Treichville s’est étendue, hier, à tous les services de l’hôpital. Faute de soins, les malades ont commencé à quitter les lieux. Le personnel exige des excuses publiques.


Ce jeudi aux environs de 15 heures,

M. Mariam est devant les urgences chirurgicales du Centre hospitalier universitaire (Chu) de Treichville. Elle attend sa sœur cadette partie chercher un taxi. Elles veulent évacuer leur père opéré d’une hernie, il y a quelques jours. « Nous l’envoyons au Chu de Cocody parce qu’ici le personnel est en grève », explique Mariam. Elle espère que là-bas, il y aura des médecins pour prendre soin du malade. Un peu plus loin, aux urgences médicales, le couple Ouattara évacue lui aussi une malade. Monique et son époux aident leur fille à s’installer à l’arrière d’un véhicule de type 4X4. Avec une perfusion dans la main, l’adolescente se tord de douleur en y prenant place. Le père visiblement en colère rouspète : « on ne peut pas se conduire d’une telle manière. Pourquoi frapper des médecins ? Maintenant, c’est nous qui prenons les pots cassés.» Dans les salles d’hospitalisation du service de médecine générale, c’est la débandade. «Rangez vite les affaires. Nous allons à Cocody », crie une dame à son fils malade. Elle a reçu une note du médecin traitant lui demandant de se rendre au Chu de Cocody pour poursuivre le traitement. Mais après tant de départs, la mère craint un manque de places au Chu de Cocody. Une ambulance est mise à leur disposition. Mais vu le temps que pourraient durer les formalités, elle préfère emprunter un taxi. Tout ce remue-ménage est dû à la grève illimitée déclenchée par la coordination du personnel de santé du Chu de Treichville. Elle proteste contre la bastonnade du personnel de garde des urgences médicales dans la nuit de lundi à mardi par des éléments des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci). Avant toute reprise du travail, Hamed Fofana, le porte-parole de la coordination, exige des excuses publiques de la ministre de la Santé et de la lutte contre le Sida et la sécurisation du centre hospitalier. Pour la coordination, la violence à l’encontre des agents de santé est la conséquence des propos du Pr N’Dri Yoman qui les accuse de vols de médicaments « Nous ne pouvons pas travailler dans ce climat d’insécurité. Et nous ne le ferons pas tant que nous n’aurons pas gain de cause», tranche-t-il. Pour sa part, le secrétaire général du Syndicat national des cadres supérieurs de la santé de Côte d’Ivoire (Synacass-Ci) et porte-parole national de la Coordination du personnel de santé, Atté Boka, estime que le plus important est la sécurisation du Chu pour permettre aux agents de travailler. Il annonce une réunion du directoire dans les jours qui suivent, afin de prendre des décisions face aux multiples agressions dont ils sont victimes. Selon une source proche du dossier, le Pr N’Dri-Yoman se rend aujourd’hui au Chu de Treichville pour une réunion avec le personnel en grève.


Adélaïde Konin

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ