x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Politique Publié le lundi 17 octobre 2011 | Notre Voie

La JFPI déjoue le piège du pouvoir

© Notre Voie Par DR
Médiation de l`UA dans la crise ivoirienne : Les partisans de Laurent Gbagbo en meeting pour la révocation de Blaise Compaoré au sein du panel.
Plusieurs milliers de partisans de Laurent Gbagbo se sont réunis le samedi 05 février 2011 à Abidjan pour dénoncer la présence du chef de l`Etat burkinabè Blaise Compaoré.
Le secrétaire national de la jeunesse du Front populaire ivoirien (JFPI), Justin Koua a dénoncé un complot contre son meeting, à la Place CP1 de Yopougon, le samedi 15 octobre, au cours d’une conférence de presse, au siège du Congrès national pour la démocratie et la résistance et la démocratie (Cnrd), à Cocody. Selon lui, le plan visait l’infiltration du meeting par des hommes armés qui perpétreraient des casses qui seront attribués aux militants de la jeunesse du Front populaire ivoirien. « Derrière le communiqué du gouvernement, nous avons senti un complot », a-t-il avancé. M. Koua a révélé que des informations en sa possession font état de ce que « des éléments armés FRCI ont été déployés depuis vendredi soir sur les lieux de la manifestation avec pour mission de semer le cafouillage, en s’attaquant aux jeunes ».

Tenant compte de cette situation, Justin Koua a annoncé le report de la manifestation à une date ultérieure, à la demande de la direction du Front populaire ivoirien. «La direction du parti nous a saisi pour nous demander de surseoir à notre rassemblement. Nous ne pouvons pas désavouer notre direction. Pour ne pas donner l’impression que nous ramons à contre courant, nous avons décidé de reporter la manifestation à une date ultérieure », dira-t-il. Le numéro un de la JFPI a estimé qu’en se disant incapable d’assurer la sécurité d’un rassemblement de jeunes, le régime au pouvoir « consacre la faillite de l’Etat ». Du coup, il s’interroge sur la tenue des législatives prévues, pour le 11 décembre prochain. Le leader des jeunes a apporté un cinglant démenti aux accusations d’insurrection portées contre le FPI. « En aucun cas, le FPI ne prévoit des actions d’insurrection. Nous n’avons pas cette culture. Nous voulons faire un opposition civilisée, qui consiste à dénoncer les failles de la gouvernance », dira-t-il. A cet égard, il a soutenu que les Ivoiriens attendent Alassane Ouattara sur le terrain de l’application de son programme. Lui qui a promis, environ 200.000 emplois par an aux jeunes. Le secrétaire national de la JFPI a appelé à une discussion franche avec l’opposition pour régler les problèmes politiques qui rendent le climat délétère.

Marie-Odette Lohourignon, secrétaire général adjoint chargé de la redynamisation des structures spécialisées et Eugène Kouadio Djué, membre du secrétariat général étaient aux côtés de Justin Koua.

César Ebrokié

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ