x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Politique Publié le lundi 2 janvier 2012 | Nord-Sud

Bouaké : 900 soldats encasernés

La capitale de la paix, Bouaké, région militaire, n’est pas en reste du vaste mouvement du retour en caserne ordonné par le chef de l’Etat, chef suprême des armées, le 19 décembre dernier.


Le retour en caserne des éléments des ex-groupements tactiques des ex-zones centre, nord et ouest est effectif, à Bouaké. Sur un total de 1.569 soldats attendus, 900 sont arrivés dans la capitale de la paix. Sous le couvert de l’anonymat, un officier de la 3ème région militaire a confié, hier, que trois convois ont ramené des troupes.
Une première section de 25 hommes a été convoyée, suivie d’une seconde de 300 éléments et d’une troisième de 450 soldats. Quant au reste de la troupe estimé à plus d’une centaine, il pourrait arriver individuellement, a indiqué l’officier. A ce jour, 100 soldats sont déjà regroupés à la 3ème région militaire, 300 au camp génie et 500 au 3ème bataillon militaire. Lors de la cérémonie de prise d’armes, à cette base, vendredi, le préfet de la région du Gbêkè, Aka Konin, a exhorté les troupes au strict respect de l’ordre et de la discipline. Il a aussi sensibilisé à la protection des populations. « Faites en sorte que votre présence à Bouaké requiert l’adhésion totale des populations, de par votre comportement et des relations que vous allez avoir avec elles », a-t-il conseillé. Il a également demandé aux militaires de faire en sorte que les populations voeint en elles des protecteurs de l’Etat. « Il ne faudrait pas que de Bouaké parte des problèmes entre vous et les populations. Bouaké a déjà trop payé un lourd tribut à la crise. Les populations ne doivent pas regarder les militaires comme des ennemis mais plutôt comme des frères. Faites en sorte que la population adhère véritablement à votre présence. Je ne vous demande pas d’être complaisants, faites votre travail dans la rigueur mais pas une rigueur décalée. N’utilisez pas la rigueur militaire pour faire en sorte que les populations soient effrayée de par votre comportement », a plaidé le préfet.


Denis Koné à Bouaké

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ