x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le vendredi 6 janvier 2012 | L’expression

Deux semaines après le lancement de la ville lumière, Le ``pèlerinage`` continue au Plateau

© L’expression Par Zamblé
Fêtes de fin d`année: Mme Ouattara lance l`opération Abidjan ville-lumière
Mercredi 21 décembre 2011. Abidjan. Place de l`ancien marché de l`Hôtel de ville du Plateau. Photo: la Première dame de Côte d`Ivoire, Mme Dominique Ouattara allume les feux d`un arbre de Noël lumineux de plusieurs dizaines de mètres
Les Ivoiriens continuent d’affluer vers le Plateau pour contempler les lumières qui ornent depuis, cette commune. L’engouement n’a pas diminué d’un cran, deux semaines après le lancement de ‘’Abidjan ville lumière’’.

Debout sur la voiture 4x4 de son père, le petit Kader, âgé de quatre ans, pousse des cris, ébahi devant le grand sapin illuminé de l’ancienne place du marché du Plateau ce mercredi. Il est 20 h et l’endroit est bondé de monde comme au premier jour du lancement des lumières. Les spectateurs se pressent et se bousculent pour prendre des images ou des films du sapin lumineux. Difficile de se frayer un chemin à travers la foule compacte qui ne cesse de grossir, attirés par le décor féerique. Difficile également pour les conducteurs de véhicules de trouver une place pour stationner tant les lieux sont noirs de monde. Et cela, deux semaines après le lancement de ’’Abidjan, ville lumière’’, qui avait drainé du monde pendant des jours. Corcher Guy-Laurent, venu de Marcory Remblais, ne cache pas son étonnement. Après avoir réussi à stationner tant bien que mal son véhicule, ce spectateur dévoile sa surprise devant la marée humaine. «J’étais présent le premier jour. Mais comme il y avait trop de monde, c’était très difficile de se déplacer et je n’ai pas eu le temps de bien regarder. Je voulais attendre l’après les fêtes, car je me disais qu’il y aurait moins de monde et que j’aurais le temps de bien regarder. Mais je vois que je me suis trompé. Je vais longer la voie et ensuite me diriger vers la place de la République avant d’aller vers le pont », explique-t-il. Pendant ce temps, les marcheurs continuent d’affluer et s’extasient devant les spectacles des arbres illuminés en face de l’ancienne Sorbonne. Des femmes d’un certain âge, soutenues par leurs proches, des enfants et des familles entières jubilent devant le spectacle tout en continuant à avancer vers la place de la République. A cet endroit, bien que la foule soit moins compacte, l’engouement est toujours présent et la joie se lit sur les visages. Les spectateurs s’extasient devant les lumières et des jeunes filles s’exclament en

Les Ivoiriens ne sont pas lassés du spectacle

Malinké : «Comme c’est joli ! ADO a fait du bon travail». La famille Diarra, venue au grand complet, ne cesse de contempler les lumières avec délectation. «Nous venons d’Abobo avocatier mais on était déjà venu le 31 profiter du spectacle. Ce jour-là, on a marché jusqu’à la maison et c’est ce qu’on va refaire aujourd’hui. Le spectacle en vaut la peine Mme, on n’est pas fatigué et on ne pourra pas être fatigué de regarder », confie le chef de famille Diarra Youssouf. Une autre habitante du quartier Abobo Avocatier, Kanaté Fatoumata, plus intéressée par le spectacle du pont Général de Gaulle, explique qu’elle a préféré que le monde diminue au Plateau avant de venir faire le ‘’pèlerinage’’. « Nos voisins qui sont venus avant nous, nous ont dit que c’était très difficile de circuler au Plateau, tellement il y avait du monde. C’est vrai que c’est un peu plus facile de circuler maintenant, mais il y a toujours trop de monde. De l’ancienne place du marché à ici (place de la République, ndlr), on a eu un peu de mal ma sœur et moi, à avancer. Donc, j’imagine la souffrance des voisins », compare-t-elle. Cap a ensuite été mis sur la cathédrale Saint-Paul. Changement radical de décor à cet endroit. Les spectateurs du Plateau semblent s’être donné rendez-vous à cet endroit, tant l’endroit est inondé de monde. Les curieux sont attirés à l’intérieur de la cathédrale par la grande cloche toute en lumière et par l’étoile qui surplombe la cathédrale. A l’extérieur, les autres admirent les anges, représentés le long de la voie. Il est 20h 49 et un gbaka s’immobilise brusquement et déverse des passagers qui se dispersent dans tous les sens. Certains se dirigent aussitôt vers la cathédrale, quand d’autres empruntent la voie menant au palais de justice. Mais le moment du départ pose un véritable casse-tête chinois pour ceux qui ne sont pas véhiculés ou qui ne sont pas venus en convoi. Ainsi, deux habitantes d’Abobo demandent s’il est encore possible d’avoir des bus à 21 heures presque. Mais la réponse est négative. Après la joyeuse visite, place à l’inquiétude de retrouver son domicile. Joint au téléphone, la chargée de communication du groupe d’assurances portugais Sunu nous a ramené à une date ultérieure pour de plus amples informations.

Les petits commerçants se frottent les mains

Le lancement de la ville lumière a permis l’émergence d’un florilège de petits commerces. Mercredi nuit, à tous les coins de rue du Plateau, on pouvait voir les vendeurs de crèmes glacées (popito), les vendeuses de biscuits, de lotus et d’eau glacée en sachets. A la place de la République, les commerçantes de pain et de viande de poulet, bœuf et d’œufs bouillis, tiennent le monopole. Une vendeuse de pain, assaillie par les clients, confie qu’elle quitte la commune d’Abobo, depuis le lancement, pour vendre de la nourriture. «Quand les clients viennent regarder la lumière abidjanaise, ils sont fatigués et ils ont faim. Vers 20 h ou 21 h, je suis assaillie par les clients. C’est cela ma tâche quotidienne, depuis que ces événements ont débuté au Plateau. Je ne me plains pas, parce que mon commerce marche », confie-t-elle. Les vendeurs d’eau et de crème glacée ne sont pas en reste. Ceux-ci confient qu’ils font chaque nuit de bonnes affaires. Un vendeur de popito confie que ces crèmes sont autant prisées par les enfants que par les adultes.

N. M

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ