PUBLICITÉ

Art et Culture Publié le mercredi 7 mars 2012 | L’intelligent d’Abidjan

Libéralisation de l’espace audiovisuel / Ibrahim Sy Savané, président de la Haca : ‘’Un milliard de FCFA de caution et une redevance annuelle de 100 millions pour les télé privées’’

© L’intelligent d’Abidjan Par EMMA
Libéralisation de l`espace audiovisuel : Le ministre de la Culture, Bandama Maurice reçoit le président de la HACA, Ibrahim Sy Savané
Lundi 16 janvier 2012. Abidjan. Cabinet du ministre de la Culture. Le ministre Bandama Maurice reçoit le président de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA), Sy Savané. Photo : Ibrahim Sy Savané
Le président de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (Haca), Ibrahim Sy Savané, a animé une conférence de presse, le mardi 6 mars 2012, à son siège sis aux II Plateaux en vue d’apporter des précisions sur le processus de libéralisation de l’espace audiovisuel en cours. Qui, selon lui, ne saurait se faire sans la désignation des membres de la commission d’appel d’offres. Ibrahim Sy Savané a précisé que cette procédure qui devait être prête pour ce mois, se prolongera compte tenu d’un retard administratif. A l’en croire, la libéralisation de l’espace audiovisuel débutera par l’analogique pour mieux préparer le basculement au numérique à l’horizon 2015. Pour l’heure, le processus se situe au niveau de la mise en place d’une commission d’examen des dossiers d’appel d’offres. Elle est composée de neuf (9) membres dont six (6) issus de différents ministères, deux (2) de l’Atci et un (1) de la Haca. «Il y a une semaine, deux décrets ont été pris concernant les conditions d’exploitation et d’usage de nouvelles fréquences. Autrement dit, la matrice des relations entre la Haca qui agit pour le compte de l’Etat et des futurs opérateurs», a-t-il précisé. Ibrahim Sy Savané a relevé que ce processus très transparent et très ouvert, a ainsi vu la réalisation d’une étape très importante. Il a souhaité que cette phase ultime se passe le plus rapidement possible pour faciliter la libéralisation de ce secteur. Le président de la Haca a signifié que ses collaborateurs sont à pied d’œuvre pour préparer les dossiers d’appel d’offres et les cahiers de charges. Il a souligné que le cautionnement pour les télévisions privées commerciales est de un (1) milliard de F Cfa pour la crédibilité de ces chaînes, une redevance annuelle minimale de 100 millions de FCFA. Le président de la Haca, Sy Savané, s’est voulu rassurant quant à ce processus qui suit pleinement son cours et qui favorisera la création d’emplois afin de permettre à la Côte d’Ivoire d’être à un rang qui lui convienne parfaitement. «Nous savons que ce processus complexe ne peut se faire qu’avec la collaboration de chaque acteur. Les conditions sont déterminées et tout sera rendu public dès que nous aurons la copie conforme des décrets. Cela ne saurait tarder», a-t-il déclaré. Pour lui, ces nouvelles chaînes devront, en plus de payer leur cautionnement, présenter certaines conditions de viabilité en disposant d’une force de créativité interne. Il a donc invité les opérateurs à faire preuve de patience et à être conformes à la loi, car a-t-il fait remarquer, «il ne faut jamais défier l’Etat». Le processus de libéralisation de l’espace audiovisuel suit son cours et le président Ibrahim Sy Savané a promis une autre rencontre à la fin de ce mois pour faire l’état d’avancement.
Larissa G

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Art et Culture

Toutes les vidéos Art et Culture à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ