PUBLICITÉ

Politique Publié le lundi 17 septembre 2012 | Le Mandat

Menace de déstabilisation/Hamed Bakayoko très en colère: «Aucun criminel ne doit trouver refuge dans un pays et menacer la paix»

© Le Mandat Par Messmin
Après les attaques des milices et mercenaires contre les FRCI: les chefs traditionnels du département de Tabou demandent "pardon" au ministre Hamed Bakayoko et au gouvernement
Lundi 10 septembre 2012. Abidjan. Cabinet du ministre d`Etat, ministre de l`Intérieur. Après les attaques des milices et mercenaires contre les FRCI dans leur région, les chefs traditionnels du département de Tabou présentent leurs excuses au ministre Hamed Bakayoko et au gouvernement
Le ministre d’Etat, ministre de l’intérieur, Hamed Bakayoko, a prévenu le samedi 15 septembre à Cocody qu’aucun criminel ne doit trouver refuge dans l'un des pays de l’Afrique de l’ouest et "menacer la paix et la stabilité des populations ». Des propos qui expriment la volonté du patron de la sécurité ivoirienne à traquer tous les ennemis de la Côte d’Ivoire. Toutes les occasions sont bonnes pour lui de dire ses vérités et interpeller tous les pays de l’Afrique de l’ouest qui abritent des criminels réclamant le statut de refugiés. «Aucun criminel ne doit trouver refuge dans l'un de nos Etats et menacer la paix, la stabilité, la quiétude des populations d’ un autre pays", a déclaré le ministre d’Etat, ministre de l’intérieur, Hamed Bakayoko, faisant certainement allusion à l’affaire Koné Katinan. Arrêté le 24 août dernier, Justin Koné Katinan n’est pas encore extradé dans son pays. Alors que les autorités ivoiriennes ont fournit toutes les preuves des actes posés par ce dernier. Par ailleurs, M. Bakayoko a précisé que les gouvernements et les populations attendent beaucoup des assises de la 8è rencontre annuelle des Bureaux centraux nationaux (BCN-Interpol) pour l’Afrique de l’ouest. Pour lui, ces assises de quatre jours (du 12 au 15 septembre) doivent être «une réponse claire, collective, forte, contre la criminalité transnationale qui est un frein à la stabilité politique et au développement économique » des Etats ouest-africains. Les participants ont, à la fin de leurs travaux, formulé des recommandations et des propositions en vue de renforcer la sécurité dans la zone Cédéao. Hamed Bakayoko a également félicité le directeur général de la police nationale de Côte d’Ivoire, le contrôleur général Brédou M’Bia, pour sa nomination en tant que président du comité des chefs de police de la Cédéao.
P.N

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ