x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Économie Publié le vendredi 7 mars 2014 | Le Patriote

Renforcement des capacités: Duncan reconnaît l’expertise de la Capec

«La vision du gouvernement relative aux structures de renforcement des capacités telles que la Capec ». C’est autour de ce thème que le Premier ministre, Daniel Kablan Duncan a axé sa communication, le mercredi dernier, dans un hôtel de la place, à l’occasion de la clôture des festivités marquant le 20è anniversaire de la Capec (Cellule d’analyse de politiques économiques du Cires). Le chef du Gouvernement ivoirien a fait savoir que les autorités ivoiriennes fondent beaucoup d’espoir dans les structures de renforcement des capacités pour atteindre les objectifs du Pnd 2012-2015. Et la Capec demeure un pion essentiel dans ce dispositif. Au point où Duncan a prôné le développement de prévision de modèle macro-économique pour la Côte d’Ivoire, le développement d’une stratégie de communication ciblée à l’endroit des potentiels bénéficiaires pour une meilleure visibilité ; etc. Toute chose qui, selon lui, passe par l’expertise nationale dans la conduite des études et dans la formation des cadres de l’administration publique. « Il y a un besoin crucial en renforcement des capacités, tant au niveau de l’administration publique, du secteur privé que de la société civile. Le gouvernement vise à développer une masse critique de cadres de l’administration publique capables de faire face aux défis actuels et à venir, auxquels devra faire face notre pays sur le sentier de l’émergence », a expliqué Duncan. Aussi le Gouvernement prévoit-il de créer une cellule de veille stratégique et d’intelligence économique. « J’invite la Capec à s’imprégner de ce dossier et à se préparer pour apporter sa contribution à la réussite de ce projet», a insisté le Premier ministre. Tout en promettant l’appui de l’Etat à la Capec, il a demandé à cette cellule de réflexion de vendre et diffuser les résultats de ses recherches. Quant à Dr Coffi Noumon, directeur régional Afrique de l’Ouest et Afrique centrale de l’ACBF, il a souhaité que l’Etat appui fortement la Capec qui devra désormais compter sur la contribution nationale comprise entre 20 et 40%. La Capec a réalisé, de 2002 à 2013, 196 études, formé 1250 cadres.

JEA

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Économie

Toutes les vidéos Économie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ