PUBLICITÉ

Société Publié le vendredi 9 mai 2014 | Le Democrate

Rgph 2014 : Mabri Toikeusse promet la fin de l’opération d’ici à la fin de ce mois

© Le Democrate Par Ebouclé J-B
Tournée de lancement de l’opération du 4è RGPH: Mabri sensibilise les populations de Man et Gagnoa
Lundi 24 mars 2014. Man et Gagnoa. Le ministre du Plan et du développement Albert, Mabri Toikeusse conduit une mission pour le lancement de l’opération du 4è recensement général des populations et de l’habitat (RGPH) à Man et Gagnoa. Le ministre a appelé les populations à adhérer à cette opération. Photo: étape de Gagnoa.
L’opération de Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) se porte bien selon le ministre d’Etat, ministre du Plan et du Développement, Albert Mabri Toikeusse qui a fait cette annonce hier mercredi à l’occasion du sixième rendez-vous du gouvernement initié par le Cicg.
Il a néanmoins reconnu que le RGPH rencontre des difficultés qui ne sont pas, contrairement à ce qu'il affirme, liées au mot d’ordre de boycott lancé par le Front populaire ivoirien (FPI) dont le leader a été convoqué mercredi matin à la brigade de recherche.
Alors que des informations en notre possession indiquent qu'à Issia (ouest) un mot d'ordre de boycott a été lancé depuis mercredi soir par les chefs traditionnels, selon Mabri, le succès de l’opération ne souffre d’aucun obstacle majeur précisant au passage que le recensement sera bouclé dans les délais.
«Nous allons finir le recensement avant la dernière semaine de mai. Nous aurons des chiffres précis, » a-t-il ajouté.
L’objectif du Front populaire ivoirien étant selon lui de saboter le développement, le ministre d’Etat, a réaffirmé que le bilan au regard du nombre de jours écoulés est positif avec un taux de couverture allant de 20% à 90%.
Déplorant au passage qu’à ce jour, les vrais chiffres du recensement ne sont pas disponibles, Albert Toikeusse Mabri estime qu’un parti politique sérieux doit soutenir ce recensement contrairement aux appels lancés par le FPI qui dénonce par ailleurs un gaspillage de 13 milliards de Fcfa de fonds publics, le cout annoncé de l'opération.
Apparemment serein malgré tout dans ce contexte de la réussite du RGPH, le ministre d’Etat, a prévenu que vue les difficultés rencontrées par les agents qui sont d’ordre technique, son report devait occasionner un retard dans l’élaboration du programme national de développement (PND).
Le sujet relatif à la rémunération des agents recenseurs a été évoqué au cours de ce rendez du gouvernement dont le thème principal s’articulait autour des enjeux du RGPH dans le développement de la Côte d’Ivoire.
Albert Toikeusse Mabri a tenté de les rassurer en indiquant qu’ils auront le reliquat de leur rémunération le week-end ou d’ici à lundi.
«Nous allons faire face sans délai aux reliquats des salaires des agents recenseurs, » a-t-il conclu.

«Le récépissé du RGPH pourrait être utile au moment de l’identification» prévient par ailleurs Mabri

Le gouvernement n’a pas encore examiné l’utilisation qui pourrait se faire du récépissé de Recensement général de la population et de l’habitat, cependant le ministre d’Etat ministre du Plan et du Développement prévient qu’il pourrait être utile au moment de l’identification.
«Le récépissé pourrait être utile au moment de l’identification, » a mentionné Albert Toikeusse Mabri, rejetant du coup la proposition du porte-parole principal du RDR, Joel N’Guessan.
Ce dernier proposait récemment que le récépissé du RGPH « soit exigé dans certains cas pour faire comprendre à tous qu'il ne faut pas ramer à contre-courant du développement sous le prétexte d'arguments politiciens surannés. ».
«C’est une question de liberté, le gouvernement n’a rien décidé. Chacun a un discours, » a déploré le ministre d’Etat, rappelant au passage que le succès de la mise en œuvre de l’opération du RGPH dépend de la réconciliation et de la cohésion sociale.

Tout en dénonçant l’attitude du FPI, le ministre d’Etat a ajouté qu’il a eu un entretien de 45 minutes avec le président de cette formation politique. Malheureusement le parti fondé par Laurent Gbagbo avait une position figée et posait des conditions.
«Tant qu’il n’y a pas de comité de veille pour la réconciliation nationale, nous ne participerons pas au comité de veille et de contrôle du RGPH, » a déclaré selon Mabri, Pascal Affi N’Guessan lors de cette rencontre.

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ