x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Politique Publié le vendredi 12 décembre 2014 | Ministères

Défense: le gouvernement adopte une nouvelle organisation des forces armées

© Ministères Par DR
Conseil des Ministres extraordinaire présidé par le Chef de l`Etat, SEM Alassane OUATTARA
Vendredi 3 octobre 2014. Palais de la Présidence de la République.
Une nouvelle organisation de l’Armée ivoirienne verra le jour dans quelques mois après l’adoption d’une loi dont le projet a été validé jeudi 11 décembre, en Conseil des ministres. Ce projet de loi portant organisation des forces armées nationales de Côte d’Ivoire présentée par le nministre auprès du Président de la République chargé de la Défense, vient abroger le texte législatif de 1961 jusqque-là régissant le fonctionnenemnt de la Défense nationale.

Selon Bruno Koné, Porte-parole du Gouvernement qui révélait l’information à l’issue de du conseil, le nouveau texte va “permettre de réorganiser la défense et les forces armées nationales de façon à les adapter, dans le cadre de la réforme du secteur de la sécurité, aux contingences qui sont les nôtres en ce moment, et les adapter aux évolutions dans les principaux domaines de l’organisation des armées et de la gendarmerie nationales ».

Le nouveau texte intègre ainsi au sein des structures décisionnelles, le Conseil national national de Sécurité. Il prévoit également la création d’un comité de coordination de défense, des commandements militaires régionaux de défense des différentes composantes de l’armée telles qu’elles se présentent.

Le projet de loi présenté par le ministre Paul Koffi Koffi prévoit également « la création d’un état-major général des armées du commandant supérieur de la gendarmerie nationale et des ses différentes composantes, des états majors d’armée et des commandements des composantes de la gendarmerie nationale, des régions militaires de défense, des zones inter-armées de défense, des forces spéciales et des directions de services, etc ».

Par ailleurs ce texte spécifie le mode de fixation des effectifs de l’armée et de la gendarmerie nationale, les conditions d’emploi de l’armée dans le maintien de l’ordre et les opérations de secours.

Toujours au titre des Forces de défense et de sécurité, le Gouvernement s’est appensantit sur le paiement des arriérés des baux des personnels de la Police nationale et ds forces armées en général. A cet, la mise enoeuvre d’un échéancier de paiement portant sur un montant de 9,5 milliards de F CFA a été adopté.

Cette échéancier permettra, selon le ministre Bruno KONE, d’absorber en 2015, une partie importante de ces arriérés de baux. Toutefois, le Gouvernement table sur des mesures de long termes qui seront soumises au Conseil national de sécurité. Il s’agit entre autres de la construction de casernes, de lancement d’opérations de locations-ventes,etc.

En outre, le Conseil des ministres a entendu une communication du ministre auprès du Premier Ministre, chargé du Budget, relative à la fiabilisation et aux procédures de contrôle des subventions accordées aux établissements d’enseignement privé.

Des audits diligentés par l’Etat se sont soldés par des rejets de 32% sur la période 2000- 2010 ; de 18% sur la période 2011 – 2013 et de 13% déjà sur l’année scolaire 2014.

“Ces résultats mettent le Gouvernement au défi de fiabiliser complètement le processus d’affectation des élèves et étudiants, ainsi que les processus de calcul et de paiements dus à ces établissements”, a mentionné le ministre Bruno Koné.

Une communication sur l’exécution du budget à sseptembre 2014 a permis de noter des performances au niveau de la mobilisation des ressources. En effet, projetées à 3172 milliards FCFA, les ressources mobilisées sont de 3334 milliards FCFA pour des dépenses élevées à 3234 milliards contre une prévision de 3219 milliards FCFA.

Ces données témoignent selon le ministre de la Poste et des TIC de la bonne santé de l’économie nationale , et surtout de la bonne maîtrise des dépenses publiques.

A titre des performances, il a souligné la réduction des délais de passation des marchés publics passés de 322 jours à 112 jours pour un objectif d’arriver à un délai de 88 jours.

En ce qui concerne la pasation des marchés publics, la communication du ministre Abourahamane Cissé a montré que la part des marchés publics passés par appels d’offres ouverts représentaient sur cette période 74% de la valeur totale des marchés passés. Quant aux marchés de gré, ils ont leur part réduite considérabelement passant de 51,8% en septembre 2013 à 6,8% cette année.

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ