x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Économie Publié le dimanche 9 octobre 2016 | Ministères

Rencontre avec des investisseurs : mot introductif de Monsieur Adama Koné, ministre auprès du premier charge de l’économie et des finances

© Ministères Par Atapointe
la Côte d`ivoire participe au Road Show organisé par Rothschild, son conseiller financier
Washington le 8 octobre 2016. Le ministre Adama KONE a fait la promotion économique de la Côte d`Ivoire aux investisseurs internationaux. C`était à l`occasion du Road Show organisé par Rothschild, son conseiller financier
Mesdames et messieurs,

Je voudrais, au nom du Gouvernement ivoirien et en mon nom propre, vous adresser mes salutations chaleureuses et vous remercier de votre présence aujourd’hui à ce déjeuner, qui participe de la volonté de la Côte d’Ivoire d’entretenir un lien direct avec les investisseurs internationaux.
En effet, vous contribuez, à travers les fonds d’investissement que vous représentez, à accompagner mon pays dans la réalisation de l’objectif louable qu’il s’est fixé de rejoindre le cercle des pays émergents à l’horizon 2020.
A ce titre, je suis particulièrement heureux de pouvoir échanger avec vous, de manière libre et poursuivre ainsi une conversation pérenne et constructive.
Comme vous le savez tous, depuis 2012, la Côte d’Ivoire connaît une croissance remarquable. Sur la période 2012-2015, le taux de croissance annuelle du PIB réel est ressorti au-delà de 9% en moyenne ; ce qui classe la Côte d’Ivoire parmi les économies les plus dynamiques au monde.
Ces résultats excellents ont permis d’accroître la richesse par habitant de plus de 25% en quatre ans et, ont été couplés avec une gestion saine des finances publiques.

La discipline budgétaire et la gestion rigoureuse des ressources collectées ont permis de contenir le déficit budgétaire en dessous de la norme communautaire de 3`% du PIB.
La mobilisation des ressources intérieures et extérieures s’est également améliorée du fait notamment des efforts de recouvrement des recettes et de la confiance retrouvée auprès de vous, les investisseurs internationaux.
Grâce à la mise en œuvre d’une stratégie nationale d’endettement rigoureusement contrôlée, la Côte d’Ivoire a maintenu sa dette à un niveau soutenable de 42,2% du Produit Intérieur brut en 2015 pour une norme communautaire de 70%.
Ces performances appréciables ont été réalisées grâce, notamment à :
• Un retour à la stabilité politique et institutionnelle eu égard aux actions vigoureuses entreprises par le Gouvernement depuis la sortie crise en 2011, notamment le désarmement et la réinsertion des ex-combattants, la mise en place d’un cadre de dialogue permanent avec l’opposition, l’identification et l’indemnisation des victimes de la crise et le renforcement de la sécurité sur toute l’étendue du territoire.
• Une optimisation du potentiel fiscal et la modernisation de l’administration fiscale et douanière ;
• La réforme des Finances Publiques (mise en œuvre des directives de l’UEMOA et amélioration des procédures de dépenses et de passation des marchés publics) ;
• La mise en place d’une Stratégie de gestion de la Dette à Moyen Terme pour encadrer et veiller à la soutenabilité de la dette ;
• Le renforcement de la bonne gouvernance ;
• L’amélioration continue du climat des affaires
Mesdames et Messieurs,
Au vu de ce qui précède, nous pouvons affirmer que la Cote d’Ivoire est dans une dynamique irréversible de croissance forte sur le moyen terme. Notre ambitieux Plan National de Développement 2016-2020 table sur une croissance moyenne d’environ 9% l’an. Les investissements programmés d’un montant total de 60 milliards de dollars sur les cinq prochaines années seront financées à plus de 62% par le secteur privé. Il s’agit d’accélérer la transformation structurelle de notre économie par l’industrialisation et, ainsi rendre la croissance plus résiliente et plus inclusive. A cet effet, les réformes seront poursuivies et approfondies pour renforcer davantage l’attractivité du pays. Elles toucheront, entre autres, le développement du secteur financier, les finances publiques y compris la gouvernance et la gestion des entreprises publiques, les réformes structurelles et sectorielles pour accroître la productivité et la compétitivité de l’économie et, l’accélération des réformes liées au Doing Business, avec pour objectif de figurer à nouveau dans le Top 10 des pays réformateurs au monde.

Par ailleurs, l’environnement socio-politique va continuer de s’améliorer en Côte d’Ivoire. Les élections présidentielles du 25 octobre 2015, ouvertes, libres et transparentes se sont déroulées dans un environnement apaisé.
Le Gouvernement entend consolider ce climat de paix et de cohésion sociale avec la tenue des élections législatives en 2016.
En outre, le Gouvernement a adopté le 28 septembre dernier le projet de nouvelle constitution.
Présenté à l’Assemblée nationale le 5 octobre par le Président de la République, le projet de nouvelle Constitution est en discussion au niveau du parlement. Ce projet a fait l’objet d’un travail d’élaboration approfondi destiné à répondre aux aspirations profondes du pays tout en s’inspirant de certaines Constitutions de pays pairs s’illustrant par la stabilité de leur cadre institutionnel et politique. Conformément au calendrier annoncé, la nouvelle Constitution sera soumise à referendum d’ici à la fin du mois d’octobre, afin que la Troisième République de Côte d’Ivoire soit une réalité dès le début de l’année 2017.
En tout état de cause, la nouvelle Constitution a vocation à renforcer la stabilité politique et institutionnelle du pays en prônant l’apaisement et le rassemblement national.
Mesdames et messieurs,
Depuis quelques années déjà, la Côte d’Ivoire s’est engagée dans une stratégie de recours aux marchés internationaux de capitaux. En 2014 et 2015, le pays a ainsi réalisé avec succès deux émissions d’Eurobonds libellés en dollar, souscrites auprès d’un grand nombre d’investisseurs internationaux dont la plupart d’entre vous font partie.
Pour l’année 2016, la Côte d’Ivoire a fait le choix de privilégier le financement domestique et l’accès au marché régional.
Pour 2017, la Côte d’Ivoire aura recours au marché des capitaux pour financer en partie son budget dans son volet investissement.
Même si la décision n’est pas encore prise, nous n’excluons pas la possibilité d’un financement sur les marchés internationaux de capitaux, en particulier si les conditions de marché sont favorables.
Ce dialogue avec vous demeure une opportunité pour recueillir vos avis, attentes et suggestions pour continuer ensemble notre marche en avant vers l’émergence.

Je vous remercie pour votre aimable attention et suis disposé à répondre aux questions éventuelles.

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Économie

Toutes les vidéos Économie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ