PUBLICITÉ

Société Publié le dimanche 25 avril 2021 | AIP

L’ONG Playdoo sensibilise sur la justice transitionnelle à Gagnoa

Gagnoa- L’ONG Playdoo et son partenaire technique ATJLF ont lancé trois jours durant, une campagne de sensibilisation des leaders traditionnels locaux à Gagnoa, qui s’est achevé dimanche 25 avril 2021, avec pour objectif de les exhorter à devenir des acteurs et actrices de la justice transitionnelle dans leurs communautés respectives.

Selon le directeur exécutif de l’Ong Playdoo Côte d’Ivoire, Donatien Gougoua Phouphouet, la justice transitionnelle désigne un ensemble d’outils judiciaires et non judiciaires qui sont actionnés après les violations des droits humains occasionnés lors des conflits antérieurs. Peu connue, elle est une alternative aux situations après les crises, a-t-il précisé.

Il a expliqué qu’en sa qualité d’acteur des droits de l’Homme et de la cohésion sociale, Playdoo se doit dans ce projet, de renforcer les capacités des ONG, des femmes et des acteurs locaux, sur la justice transitionnelle, et de leur permettre de s’approprier l’outil, pour lequel, les localités de Gagnoa et San Pédro ont été retenues comme phase pilote.

L’étape de Gagnoa est une mission de sensibilisation du projet démarré en juin 2020 et qui prend fin en juin 2021, a insisté le chargé de Programme du projet à l’ONG Playdoo Côte d’Ivoire, Akimbola Wenseslas au sortir des échanges avec le chef de village de Garahio (quartier de la commune), Koudou Dénis, chef de la tribu Kakpatroa, Nanan Christophe Kouamé, chef de la communauté Baoulé et le chef Bamba, président du collectif des communautés du grand Nord.

Aux chefs traditionnels, M. Akimbola a indiqué que le projet se déroule en deux phases. Une phase de prospection et renforcement des capacités des ONG, des femmes et des acteurs locaux sur la justice transitionnelle et sa promotion, afin que ces acteurs puissent s’approprier cette justice et une phase de sensibilisation, dans laquelle se trouve son équipe jusqu’au mois de juin 2021.

Les leaders communautaires sont invités à prendre conscience de ce que dans les pratiques habituelles de la justice qu’elles rendent en leur qualité d’autorités coutumières, constituent déjà un volet de la justice transitionnelle, pour lequel, l’on ne fait que poser un acte et donner un nom, a-t-il précisé.

La justice transitionnelle repose sur quatre piliers que sont la vérité sur la base du dialogue qui guérit les cœurs et est source de cohésion sociale, la justice, qui permet d’agir contre l’impunité et dissuader pour éviter de nouvelles violations des droits de l’Homme, les réparations convenables visant à l’amélioration de la vie des victimes ainsi que leurs victimes et enfin, les garanties de non-répétition des violations, qui inclut des réformes institutionnelles à travers les lois et renforcement des moyens de l’Etat.


dd/tm

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ