PUBLICITÉ

Santé Publié le samedi 29 mai 2021 | AIP

Un atelier d’orientation des agents des médias sur la prévention du COVID-19 et l’Ebola

San-Pedro, Des journalistes, des animateurs, des producteurs et réalisateurs des émissions radio de santé des régions de la Nawa, du Gboklè et de San-Pedro, ont pris part à un atelier d’orientation sur la prévention de la maladie à Coronavirus (COVID-19) et la maladie à virus Ebola, vendredi 28 mai 2021 à San-Pedro.

Initié par le ministère de la Santé, de l’Hygiène publique et de la Couverture maladie universelle avec l’appui de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), cet atelier avait pour objectif de renforcer leurs capacités, afin qu’ils soient plus outillés pour véhiculer les bons messages sur les épidémies, au bon moment au sein des populations.

L’accent a été mis sur le rôle des médias et l’engagement des communautés lors des urgences de santé publiques (cas du COVID-19, de l’Ebola et la fièvre de Lassa) et des conseils pratiques pour la production d’émissions interactives avec les communautés.

Les formateurs ont conseillé aux agents des médias de vérifier toute information auprès des sources crédibles notamment, les professionnels de la santé et les spécialistes avant de la diffuser. Il leur ont surtout conseillé surtout d’éviter de véhiculer des rumeurs.

Le conseiller régional de l’OMS pour les régions Gboklè, Nawa et San-Pedro, Dr Bamba Amara, a indiqué qu’en matière d’épidémie la communication de risque et l’engagement communautaire sont des piliers importants à prendre compte. L’implication des médias permet de mieux gérer l’épidémie et de faire en sorte que les populations soient plus réceptives aux messages des épidémiologistes.

«Il ne faudrait pas que les médias soient des canaux pour véhiculer des rumeurs. Si ça devient ainsi, on perd un bras important dans le cadre de la lutte contre les épidémies.», a-t-il souligné.

Au moment où le monde entier est frappé par la crise du COVID-19, une nouvelle épidémie de la maladie à virus Ebola a été déclarée le 14 février à N’Zerekoré en Guinée voisin de Côte d’Ivoire. Dans la même région s’est ajoutée une autre maladie, la fièvre de Lassa (une autre fièvre hémorragique).

Le ministère ivoirien de la santé a instruit les directions régionales pour renforcer la surveillance épidémiologique dans les districts sanitaires frontaliers. Cet atelier d’orientation des médias sur ces trois urgences de santé publique s’inscrit dans les stratégies mises en œuvre.

(AIP)
nbf/fmo

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Titrologie

Toutes les vidéos Titrologie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ