x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le dimanche 8 août 2021 |

An 61 de l’indépendance de la Côte d’Ivoire: le Repprelci offre un déjeuner confraternel en bordure de lagune

© Par DR
An 61 de l’indépendance de la Côte d’Ivoire: le Repprelci offre un déjeuner confraternel en bordure de lagune

Le Réseau des professionnels de la presse en ligne de Côte d’Ivoire (Repprelci), la faîtière de la presse numérique en Côte d'Ivoire, a offert le samedi 07 août 2021 à l’occasion de l’an 61 de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, un déjeuner confraternel pour davantage créer des synergies entre les journalistes afin de stimuler une famille unie, solidaire, et qui partage des valeurs professionnelles et sociales.


Dans son adresse au cours de cette activité conviviale, le président de l'Union nationale des journalistes de Côte d'Ivoire (Unjci), la pionnière et la faîtière des organisations des médias ivoiriens, Jean-Claude Coulibaly, a défendu une "subvention directe" au profit des médias locaux.


"Le modèle que nous proposons (à l'Etat pour soutenir la presse), c'est la subvention directe", a dit samedi le président de l'Unjci.


En France, dira-il, les entreprises de presse bénéficient de quatre subventions pour

accompagner la pluralité et la liberté d'expression. De ce fait, l'Etat joue son rôle de favoriser un accès à une information plurielle.


M. Jean-Claude Coulibaly a fait observer que les partis politiques sont subventionnés, souhaitant qu'un budget soit arrêté pour la presse et inscrit dans la loi des finances.


"La subvention directe peut sauver nos entreprises", a déclaré le président de l'Unjci, qui a toutefois fait remarquer que cet argent public n'ira pas enrichir des individus, mais est sous le contrôle de la Cour des comptes.


Pour ce faire, les journalistes et les professionnels des médias doivent se mettre ensemble pour faire aboutir cette cause. M. Coulibaly a d'ailleurs rappelé que l'Unjci repose sur trois paliers, "la confraternité, la solidarité et la formation".


Le président du Repprelci, Lassina Sermé, dont l'organisation a offert ce déjeuner dans un cadre en bordure de lagune, a indiqué que ce moment visait à créer davantage de confraternité entre les journalistes.


Guillaume Gbato, le Secrétaire général du Syndicat national des professionnels de la presse en Côte d'Ivoire (Synappci), a illustré que le secteur des médias est dans un seul bateau, c'est pourquoi les acteurs devraient être soudés.


Il a révélé que le secteur des médias en Côte d'Ivoire est sinistré et la moyenne des arriérés de salaires est de 10 mois avec des pics allant au-delà de 30 mois d'arriérés de salaires.


"Tant que les journalistes ne sont pas bien traités, on aura pas des journalistes de qualité", a martelé M. Guillaume Gbato, qui invite les professionnels des médias à accroître leur valeur sur le marché par la formation.


M. Jean-Claude Coulibaly a évoqué le modèle d'aide de la presse au Sénégalais, qu'il souhaitait pour la Côte d'Ivoire, selon le contexte du pays. Pour bénéficier de l’aide de l’Etat à la presse au Sénégal, des critères sont fixés.


Pour la presse écrite, il est requis au média de tirer au moins 2000 exemplaires et employer un minimum de cinq journalistes, techniciens de la communication sociale à plein temps ; consacrer au moins 75% de sa surface à l’information politique, économique, sociale, culturelle ou sportive.


En outre, le média devra tirer au moins un tiers de ses ressources de la vente, de la publicité, des abonnements et des souscriptions ou collecte. Ces dispositions ne s’appliquent pas à la presse locale (régionale ou départementale).


Quant au secteur audiovisuel, les conditions d’accès à l’aide de l’Etat indiquent qu'il faut être diffusé sur au moins l’étendue d’une région administrative ; employer au moins cinq journalistes ou techniciens de la communication sociale à plein temps et respecter les cahiers de charges.


"Ces dispositions font référence aux obligations techniques, à celles relatives aux contrôles, aux finances, aux programmes, à la publicité et au parrainage, à la sauvegarde du pluralisme et au droit de réponse, etc", mentionnent la réglementation.


Créé en 2006, le Repprelci regroupe les acteurs de la presse numérique en Côte d’Ivoire. Cette faîtière des médias numériques ivoiriens s’est donnée pour mission d’organiser, structurer et promouvoir la presse numérique en Côte d’Ivoire.

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ