x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Économie Publié le mardi 7 septembre 2021 | AIP

Le gouvernement travaille à accélérer le rythme de création de la richesse (Ministre du budget)

© AIP Par Marc Innocent
Budget de l'Etat: le document de programmation budgétaire et économique pluriannuelle présenté au sénat
Abidjan le 06 Septembre 2021. Les principales orientations budgétaires contenues dans le Document de programmation budgétaire et économique pluriannuelle (DPBEP) 2022-2024 ont été présentées ce lundi par le ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat, Moussa Sanogo, aux membres de la Commission des affaires économiques et financières (Caef) du Sénat

Yamoussoukro, Le ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat, Moussa Sanogo, que recevaient lundi 6 septembre 2021, les membres de la commission des affaires économiques et financières dans le cadre du débat d’orientation budgétaire, a assuré que le gouvernement travaille « à créer les conditions pour que le rythme de création de la richesses s’accélère » en Côte d’Ivoire.


Selon lui, l’essentiel des ressources que va générer cette politique macroéconomique « agressive » sera mis au service de l’amélioration des conditions de vie des populations à travers « des investissements dans les infrastructures et les biens d’équipement collectif, la santé, l’éducation … ». Toute chose qui devrait garantir la pérennisation du rythme de croissance actuel du pays.


Les projections économiques et budgétaires sur la période 2022-2024 prévoient entre autres une progression des ressources fiscales budgétaires de 4377,9 milliards de francs CFA en 2022 à 5073 milliards francs CFA en 2024, indique-t-on.


Pour les recettes non fiscales, ce sont 94,7 milliards de francs CFA qui sont attendus en 2022 puis 121,1 milliards de francs CFA en 2024.


« La Côte d’Ivoire est sur la bonne voie », s’est félicité son ministre du Budget à la fin de ce débat d’orientation budgétaire, un exercice qui vise à renforcer la démocratie participative en améliorant la qualité de l’information budgétaire fournie aux parlementaires.


Il a notamment permis aux sénateurs d’émettre des observations et commentaires sans vote sur les projections macroéconomiques contenues dans le document de programmation budgétaire et économique pluriannuelle 2022-2024.


(AIP)


gso/fmo

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Économie

Toutes les vidéos Économie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ