x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Économie Publié le mardi 14 décembre 2021 | Reuters

Les transformateurs de noix de cajou de Côte d'Ivoire poussés à la faillite par la concurrence asiatique

© Reuters Par DR
La noix de cajou

ABIDJAN - Les transformateurs de noix de cajou de Côte d'Ivoire sont poussés à la faillite par les exportateurs asiatiques qui rachètent tout l'approvisionnement local, contrecarrant un plan gouvernemental visant à dynamiser le secteur, ont indiqué des sources de l'entreprise.

Cinq entreprises de transformation ivoiriennes ont fait faillite et fermé leurs usines au cours des deux dernières années, tandis que quatre autres sont en difficulté et ont considérablement réduit leurs activités, selon des entretiens avec des chefs d'entreprise.



Les transformateurs ivoiriens de noix de cajou ont précédemment déclaré qu'ils avaient besoin de plus de soutien du gouvernement et d'une protection contre la concurrence provenant d'acheteurs asiatiques aux poches plus profondes, qui paient des prix plus élevés pour contrôler l'approvisionnement en noix de cajou brutes.

La Côte d'Ivoire, premier producteur mondial de cacao, produit environ 1 million de tonnes de noix de cajou par an et vise à en transformer la moitié localement d'ici 2025. Actuellement, seulement environ 100 000 tonnes de noix de cajou sont transformées dans le pays chaque année, et moins de 25 000 tonnes par Entreprises à capitaux ivoiriens.


Le gouvernement offre aux entreprises une prime de 400 francs CFA (0,68 $) pour chaque kilogramme de noix de cajou transformées qu'elles exportent, mais cela n'a pas suffi à les maintenir en activité.

"Nous ne pouvons pas rivaliser avec les usines asiatiques malgré la subvention de l'Etat, notamment le Vietnam qui achète tout l'approvisionnement, laissant les usines de transformation ivoiriennes vides", a déclaré le patron d'une entreprise qui a réduit ses activités il y a quelques mois en raison d'un manque de matières premières. noix de cajou.


TNT, un transformateur basé au Vietnam, a refusé de commenter. Des acheteurs indépendants travaillant pour TNT ont déclaré qu'il était plus rentable d'exporter des noix brutes et de les transformer en Asie en raison des coûts élevés de l'électricité et de la main-d'œuvre en Côte d'Ivoire.

L'une des usines ivoiriennes les plus prometteuses, CASA, a déclaré faillite en novembre, licenciant 1 200 travailleurs.

"Nous avons fermé notre entreprise en raison de difficultés dans le secteur", a déclaré à Reuters le directeur de l'usine CASA, Hussain Gilani.

Pour résoudre le problème d'approvisionnement, les transformateurs ivoiriens ont déclaré qu'ils souhaitaient que le CCA, l'office de commercialisation de la noix de cajou, mette en place un système de vente prioritaire pour les entreprises ivoiriennes et stabilise les prix.

La CCA a refusé de commenter, mais une source interne a déclaré qu'elle s'efforçait de trouver des solutions à ces problèmes.

« La subvention pour les entreprises ivoiriennes devrait être portée à 610 francs CFA (1,04 $) par kg de noix transformées si elles veulent que nous survivions. Sinon, c'est fini », a déclaré un autre directeur d'entreprise.

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Économie

Toutes les vidéos Économie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ