Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Entretien-Don de 20 milliards de Fcfa de la Bad pour la réconciliation/ Franck Kouassi Sran (Porte-parole de Banny) catégorique : « La Cdvr ne bénéficie que de 400 millions de F Cfa »
Publié le samedi 21 juin 2014  |  Soir Info
CDVR:
© Abidjan.net par Didier ASSOUMOU
CDVR: le porte-parole de Banny anime un point de presse
Lundi 26 Août 2013. Abidjan. Le porte-parole de la CDVR, Sran Kouassi se prononce sur la suite du chronogramme des activités de la Commission dialogue, vérité et réconciliation (Cdvr).
Comment




Le Porte-parole et Conseiller spécial du président de la Commission dialogue, vérité et réconciliation (Cdvr, Franck Kouassi Sran fait des précisions, dans cet entretien, sur les 20 milliards de F Cfa donnés par la Banque africaine de développement (Bad) pour des programmes d’appui à la paix et à la cohésion sociale en Côte d'Ivoire.

Comment l'audition des victimes des crises ivoiriennes se déroule-t-elle sur le terrain?
Franck Kouassi Sran : Les opérations d’audition des victimes se déroulent bien sur l’ensemble du territoire national. A la date de ce jour, la Cdvr est à 30 000 victimes auditionnées. Bien qu’il y ait des pesanteurs réelles sur le terrain, les opérations avancent.

Que va-t-il rester comme activités après cette étape de l'audition des victimes ? La Cdvr pourra-t-elle tenir le délai de fin septembre 2014, date à laquelle elle est censée avoir terminé sa mission ?
F.K.S : Il est bon de noter que les auditions des victimes constituent la porte d’entrée de la phase de la recherche de la vérité. Cette phase est la dernière activité opérationnelle dans la mission de la Cdvr. La phase de recherche de la vérité se subdivise en trois sous-opérations : la première est en lien avec les auditions des victimes, celle-ci est couplée avec les opérations d’enquêtes et de vérifications (la deuxième). Car, les faits allégués par la communauté des victimes sont objet d’investigations par un corps d’enquêteurs. Le statut de victime ne sera donné et consolidé qu’après recoupement. Ce sont donc deux opérations qui ont lieu concomitamment. La troisième et dernière est en rapport avec les audiences publiques. C’est cette dernière, prévue pour commencer à partir de la fin juillet, qui reste à décliner. Pour ce qui concerne le délai de fin septembre 2014, n’ayez crainte, nous travaillons pour qu’il soit respecté, tenu conformément aux stipulations de l’ordonnance N° 2014-29 du 3 février 2014. La Cdvr ne dépassera pas le délai à elle prescrit par le chef de l’Etat, en dépit de difficultés actuelles rencontrées sur le terrain des auditions des victimes.

De quels ordres sont ces difficultés ?
F.K.S : Ces difficultés sont de plusieurs ordres : environnemental, logistique et humain. Dans certaines localités comme San Pédro et Sassandra, les populations hésitent à se constituer en raison de l’insécurité devenue chronique dans la région…Sur le plan logistique, toutes nos prévisions ont explosé à cause de la forte demande des populations, mais encore surtout à cause de l’étendue des territoires (localités). Il nous faut mobiliser des moyens logistiques supplémentaires (équipement informatiques, moyens de communication et de déplacement) pour démultiplier les équipes mobiles en vue d’assurer la proximité avec les victimes qui ne peuvent, en raison de la distance, venir au chef lieu de région où sont situés les centres d’écoute. Naturellement et enfin, cette difficulté entraîne un besoin nouveau en ressource humaine. Donc, en besoin d’agents supplémentaires. Évidemment, tout cela ne se fait pas à zéro franc, zéro centime !

Avec le don de plus de 20 milliards de F Cfa que la Bad vient de faire pour des programmes d’appui à la paix et à la cohésion sociale, la Cdvr ne devrait plus avoir de problème financier non ?
F.K.S :Au nom du président de la Cdvr, je voudrais remercier la Bad et son président pour ce soutien financier important. Je précise que ce n’est pas le premier soutien de la Bad à la Commission. Cette aide vient à point nommé pour contribuer à faire face aux problèmes que je viens d’indiquer sommairement. Mais il est bon de noter que, la Cdvr ne bénéficie que de 400 millions de F Cfa sur le montant annoncé ! Pour autant, faut-il le signifier, les problèmes de l’heure ne sont pas réglés ! Je le dis pour la transparence. Par conséquent, il faut dès à présent éviter les amalgames fâcheux. D’ailleurs, je pense que des voix plus autorisées que la mienne au sein du gouvernement de la République le diront parfaitement ! Je voudrais surtout profiter de votre tribune, une fois encore, au nom du Premier ministre, Charles Konan Banny, pour remercier le chef de l’Etat pour ce coup de pouce aux instruments étatiques de la réconciliation nationale.

Réalisé par SYLLA Arouna
Commentaires


Comment