Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Interview avec: M.Flan Oulaï(1er vice-président de l’Ordre des Experts comptables de Côte d’Ivoire) : « L’Etat doit nous faire plus de place dans la gestion de l’économie nationale »
Publié le mercredi 22 octobre 2014  |  L’Inter
Congrès
© Autre presse par DR
Congrès de l`Ordre mondial des experts comptables en France: la délégation ivoirienne fait le point
Mercredi 22 Octobre 2014 . Abidjan. Flan Oulaï, 1er vice-président de l`Ordre des experts comptables de Côte d`Ivoire revient sur les enjeux de la participation ivoirienne au 69e congrès mondial des experts comptables qui s`est tenu du 08 au 12 octobre dernier à Lyon en France
Comment




M. Flan Oulaï, expert comptable ivoirien et diplômé de l’État français, est le premier vice-président de l’Ordre des experts comptables de Côte d’Ivoire. Il donne ici, les raisons des mutations et autres changements de la profession tout en indiquant sa place prépondérante dans l’économie nationale. De retour d’un colloque international, il fait des propositions à l’Etat ivoirien.

Que devient l’Ordre des experts comptables de Côte d’Ivoire après ces années de crise qu’a connues la Côte d’Ivoire ?

C’est vrai que notre pays a traversé des années très difficiles, mais il faut savoir que la devise de l’Ordre des experts de côte d’ivoire est : « Science, indépendance et probité ». Et vous voyez que dans ces trois mots, il y a le mot indépendance.

Vous venez d’assister au congrès de l’Ordre mondial des experts comptables en
France. Que peut-on retenir de ce congrès en terme de bilan aussi bien pour la
délégation ivoirienne que pour l’Ordre mondial ?

Nous sommes allés au 69e congrès mondial des experts comptables à Lyon en France du 08 au 12 octobre dernier. Pour vous situer l’importance de l’événement, nous étions 4500 professionnels, auxquels s’ajoutaient 1500 étudiants avec environ 2000 accompagnateurs. Bref, nous étions près de 10000 congressistes. En ce qui concerne
la délégation ivoirienne, il faut dire que nous sommes allés en très grande force. Le
président Tiémélé Yao Djué avec moi-même et le secrétaire général et bien d’autres
confrères sommes allés à ce congrès et nous avons beaucoup appris. Le congrès
est le lieu où les professionnels se rencontrent, échangent et apprennent comment
évolue le métier. Nous avons cerné les défis au niveau de l’économie mondiale. Et la
comptabilité étant au cœur de cette économie, le congrès a permis de savoir assez sur
tous les mécanismes et outils nouveaux de la profession de sorte à appliquer cela de
retour dans nos différents pays.

Que doit-on comprendre par le thème de votre colloque face aux mutations de
votre secteur de métier?

Je voudrais rappeler le thème : « Oser, Agir et conquérir ». Oser parce que l’expert
comptable étant au cœur de l’économie qui elle-même est en pleine mutation, il
faut oser pour pouvoir avancer. Il faut décider de sortir des sentiers battus. Il faut également agir. Nous avons l’exemple d’un directeur d’un très grand groupe qui à 57
ans, a osé, a agi et de Pdg, il est allé à l’école pour devenir avocat et aujourd’hui, il
exerce ce métier. Voici des expériences que nous avons partagées et donc ce congrès
était le lieu d’échange de grandes expériences.

Au terme du colloque, il y a eu des recommandations. Comment comptez-vous
les mettre en exergue de façon pragmatique ?

Je voudrais saluer la présence à ce congrès, du ministre français de l’Économie et des Finances. Cela augure de l’importance de l’événement mais surtout de l’importance que le gouvernement français donne à l’expertise comptable. Le ministre a prononcé des phrases fortes qui ont marqué le colloque. En effet, il a dit ceci : « La profession est au front et au devant de l’économie. La profession est celle-là même qui doit permettre de juguler toutes les crises. La profession doit être l’artisan de la transparence. » Vous voyez la pertinence de ses propos. Cela montre la place prépondérante que doit avoir l’expert comptable dans l’économie. Nous experts comptables ivoiriens, une chose est très importante :l’unité de la profession au niveau de nos membres. Nous ne sommes certes pas nombreux avec 125 experts comptables mais nous devons nous unir. Ensuite, il faut faire en sorte que l’Etat nous reconnaisse notre réelle place au cœur de l’économie nationale. Toute décision prise par les gouvernants, doit être traduite au niveau comptable car ayant un impact social de façon à ce que lorsque nous parlons d’émergence,cela ne sonne pas faux. Il faut que cela puisse être quantifié car l’expertise comptable est au cœur de cette quantification.
Enfin, nous devons faire en sorte que la qualité soit la chose la mieux partagée
aujourd’hui. Voilà ce que nous retenons de ce congrès sans oublier toutes les actions que nous devons poser en direction des jeunes comptables.

Après le congrès mondial, quelles sont les perspectives ?

Elles sont nombreuses. Il s’agira de faire en sorte que l’expert comptable de Côte d’Ivoire soit la locomotive de l’économie ivoirienne, aider les gouvernants à comprendre que notre profession peut les aider à prendre toutes les décisions stratégiques. Tout ministre a besoin de chiffres et d’informations financières pour évoluer dans telle ou telle direction. Cette information doit être fiable et cette fiabilité ne vient que de l’expertise comptable. Cela en termes de perspectives, constitue donc pour nous, des défis que nous devons relever. A moyen terme, nous devons faire en sorte que le nombre des membres de l’Ordre augmente. Il nous faut, pour cela former les jeunes étudiants, prendre notre bâton de pèlerin aller dans les écoles, expliquer la noblesse de la profession de l’expertise comptable, pousser les jeunes à devenir des experts comptables en vue d’être le moteur de l’économie nationale. Enfin, je voudrais appeler ici l’ensemble de nos confrères pour leur dire que les congrès sont importants et que nous devons nous efforcer à y assister. Que ce soit en Côte d’Ivoire ou à l’étranger, nous devons tous nous y rendre parce que c’est à ces moments que se partage l’évolution de la profession, c’est là que nous apprenons à nous battre, à oser, à agir et à conquérir.

Interview réalisée par Sébastien Kouassi
Commentaires


Comment