Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Emeutes d’Odienné: Gaoussou Touré hausse le ton et appelle ses parents au respect de la loi
Publié le samedi 29 novembre 2014  |  AIP
Comment




Le ministre des Transports, M. Gaoussou Touré, a échangé, vendredi soir, avec les différentes couches sociales d’Odienné, appelant celles-ci et au respect de la loi, suite à de violentes émeutes qui ont fait d'importants dégats matériels, jeudi et vendredi dans cette ville du Nord-ouest ivoirien.

«Vous ne devez pas vous rendre justice. Nous sommes dans un état de droit et la force reste à la loi. Ne vous comportez pas comme si Odienné était un état dans un état avec sa loi à part. Nous devons parler à nos enfants pour ne plus que ce genre de vandalisme se produise dans notre ville », a déclaré, à l'adresse des habitants de la ville, M. Touré, émissaire du gouvernement pour « éteindre le feu » à Odienné.

Lors de cette rencontre, tenue à la préfecture d'Odienné, le ministre des Transport a laisser entendre qu'Odienné "a une mauvaise réputation en Côte d’Ivoire", en raison des soulèvements populaires depuis le boycott actif de 1995 qui a enregistré l’incendie de la préfecture, jusqu’à ces derniers événements de jeudi et vendredi qui ont fait beaucoup de dégâts à la police et à la gendarmerie.

Il a invité la chefferie, les parents et toutes les communautés d’Odienné à "parler aux jeunes pour ne pas éroder les infrastructures du département", exigeant des excuses publiques des jeunes manifestants, qu'il a invité à avoir un comportement républicain, surtout à quelques jours de la visite du Président Alassane Ouattara à Odienné, prévue en février 2015.

Jeudi soir des émeutes ont éclaté à Odienné après la mort d’un jeune au violon du commissariat. Les manifestants ont accusé la police d’avoir battu le jeune homme, ce que la police dément.

L'unique véhicule d'intervention du commissariat d'Odienné a été incendié, les bureaux de la police, la gendarmerie, la préfecture de police, ainsi que tous les corridors de contrôle de la ville saccagés et pillés.
Commentaires


Comment