Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

San Pedro : la SODEFOR et ses partenaires veulent sauver l’espace forestier de Taï par la complantation
Publié le jeudi 25 juin 2015  |  AIP
Comment




San Pedro – La société de développement des forêts (SODEFOR), la coopération technique allemande GIZ et l’office ivoirien des parcs et réserves (OIPR) ont ouvert, mercredi, à San Pedro (Sud-Ouest) un atelier de réflexion avec l’ensemble des acteurs de la gestion de la forêt classée de la Haute Dodo dans l’espace forestier de Taï, afin d’y initier un projet pilote de planting d’arbres dans les espaces agricoles, afin de stopper sa dégradation.

L’objectif final de cet atelier est d’arriver à rédiger, entre la SODEFOR, la GIZ et la STBS (société exploitante), une convention spéciale dans laquelle un certain nombre d’activités, dont la complantation, seront énumérées et conduites dans la forêt classée de la Haute Dodo tout en déterminant les différentes sources de financement à repartir entre les partenaires, éventuellement avec les paysans.

Contiguë au parc national de Taï, la forêt classée de la Haute Dodo, s’étend sur près de 197 000 ha et connaît un taux de dégradation avancée de 70%, du fait des occupations illégales par des planteurs de café-cacao, d’hévéa et de palmier à huile, avec des risque pour le parc de Taï, a-t-on noté.

Le directeur régional du centre de gestion de la SODEFOR de San Pedro, Colonel Siagoué Léon, a indiqué qu’au niveau de la Haute Dodo la démarche envisagée est de mettre l’accent sur la sensibilisation, afin d’amener les paysans à quitter d’eux-mêmes les forêts classées pour venir habiter les villages, tout en continuant d’y exploiter leurs plantations, à l’intérieur desquelles ils doivent faire du reboisement par "complantation’’, à savoir planter et entretenir des arbres forestiers dans leurs champs en production.

"Notre approche aujourd’hui n’est donc pas de faire un déguerpissement de type Niégré (forcé), mais il est aussi certain que la présence des paysans à l’intérieur des forêts classées ne peut pas arrêter leur destruction, bien au contraire", a souligné Col Siagoué.

La SODEFOR, la GIZ, la société exploitante de la forêt de Haute Dodo (la STBS), le corps préfectoral, la justice, l’OIPR, l'ANADER, la direction régionale de l'agriculture et des représentants des populations riveraines prennent part à cet atelier qui s'achève ce jeudi.

jmk/akn/ask
Commentaires


Comment