Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Emploi Jeunes : le ministre Sidi Touré lance les Formations Complémentaires Qualifiantes session 2016
Publié le vendredi 17 juin 2016  |  Ministères
Emploi
© Ministères par DR
Emploi Jeunes : le ministre Sidi Touré lance les Formations Complémentaires Qualifiantes session 2016
Ce mercredi 15 juin 2016, a été marqué par la cérémonie de lancement de l’édition 2016 des Formations Complémentaires Qualifiantes (FCQ). Ce, en faveur des jeunes demandeurs d’un premier emploi.
Comment




Ce mercredi 15 juin 2016, a été marqué par la cérémonie de lancement de l’édition 2016 des Formations Complémentaires Qualifiantes (FCQ). Ce, en faveur des jeunes demandeurs d’un premier emploi.
C’est à la salle de l’auditorium de la CAISTAB que le ministre de la Promotion de la Jeunesse de l’Emploi des Jeunes et du Service Civique, Sidi Tiémoko Touré, a lancé officiellement les FCQ session 2016.
Les FCQ sont « des formations mises en œuvre pour corriger l’inadéquation des profils des demandeurs d’emploi avec les besoins du marché de l’emploi », a rappelé le ministre Sidi Touré. Il s’agit de corriger l’écart entre les offres d’emploi et les diplômes, voire les formations reçues par ces jeunes dans les grandes écoles et universités. Ces formations « visent les jeunes diplômés ou non, primo-demandeurs d’emploi, inscrits à l’Agence Emploi Jeunes, âgés de 18 à 40 ans ».
La faible qualification, les formations initiales jugées trop théoriques sont des facteurs qui limitent l’employabilité des demandeurs d’emploi, plus particulièrement des jeunes. Face à cette problématique, les FCQ s’imposent comme issues.

Phase pilote 2015 : des résultats positifs
« Le 5 novembre 2015, nous lancions des formations complémentaires qualifiantes pour 800 jeunes qui bénéficient présentement de 35 types de formations exécutées selon trois axes : le recyclage, la reconversion et la formation additionnelle », a révélé le ministre Sidi Touré.
Les différentes formations ont démarré effectivement en janvier 2016. 15 cabinets ont été retenus sur 43 soumissionnaires suite à un appel d’offres. 2335 inscriptions ont été enregistrées sur le site de l’AEJ, www.emploijeunes.ci, dont 699 Femmes et 1636 Hommes depuis le lancement de la session 2015.
« 39% des jeunes ayant achevé leur formation sont déjà en stage d’immersion dans les entreprises. 254 stages d’immersion sont en cours de programmation par les cabinets de formation impliqués dans l’opération », a indiqué le premier responsable de la jeunesse
Les formations théoriques sont achevées à 90%. Trois (03) modules de formation sont en cours d’exécution pour un effectif de 360 jeunes soit 46% de l’effectif global (Secrétaire médicale, Assistante de direction, Téléopérateurs).
32 modules de formation concernent 415 jeunes soit 56% de l’effectif global entièrement achevés dont 161 jeunes (39%) sont en stage.

Les défis à relever pour la session 2016
L’opération de 2015, a permis de tirer trois principaux enseignements. Il y a d’abord la longueur du processus de sélection des cabinets. Ensuite le temps d’attente accusé par les jeunes entre les formations et la mise en stage. Enfin, le nombre insuffisant d’opportunités d’insertion face à la forte demande.
Pour y remédier le ministre Sidi Tiémoko Touré a pris des mesures idoines, telles que l’augmentation du nombre d’opportunités pour les formations complémentaires qualifiantes qui passent de 800 à 2 250. « La procédure pour les cabinets est simplifiée à travers un appel à concurrence. Le processus pourra être contenu en deux mois contre environ 8 mois initialement », a-t-il annoncé également, invitant les responsables des structures de formation partenaires à « la mise en œuvre de façon stricte de cette opération ».
Pour 2016 ce sont 2250 jeunes qui seront en formation dont 2000 sur financement de l’Etat et 250 sur financement des bailleurs (Banque Mondiale/PEJEDEC). Les métiers du BTP, Technique, TIC, Mécanique, Grande Distribution, Hôtellerie, Mines et géologie sont pris en compte pour cette nouvelle session.

Pour donner une meilleure traçabilité aux actions entreprises dans le cadre de cette activité un manuel de procédures est mis en place. Parmi les mesures, figurent l’allègement des procédures de consultation et de sélection des cabinets. La mise en place d’un dispositif de pilotage et de régulation efficace avec l’implication effective des agences régionales de l’Agence Emploi Jeunes a également été évoquée.
Commentaires


Comment