Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Simone Gbagbo sera jugée à partir du 28 novembre sans elle avec des avocats commis par la Cour pour sa défense
Publié le mercredi 16 novembre 2016  |  APA
Reprise
© AFP
Reprise du procès de l`ex-Première dame ivoirienne, Simone Gbagbo
Lundi 10 octobre 2016. Le procès de Simone Gbagbo, l`ex-Première dame ivoirienne, reprend à Abidjan après plusieurs semaines d`interruption.
Comment


Abidjan (Côte d'Ivoire) - Le procès de l’ex-Première dame ivoirienne, Simone Ehivet Gbagbo se poursuivra le lundi 28 novembre prochain, en son absence, a annoncé, mercredi, à Abidjan le Président de la Cour d’assises, Boiqui Kouadio, qui a commis des avocats du barreau ivoirien pour sa défense.

« Elle sera jugée à son absence (…) le procès reprendra le lundi 28 novembre 2016, le temps pour les avocats de s’imprégner du dossier », a décidé cette Cour après avoir constaté l’absence au sein du Tribunal de Mme Gbagbo et de ses avocats.

Face aux menaces de la défense de s’absenter du Tribunal, un huissier de justice avait été dépêché à la résidence de Simone Gbagbo mardi soir « pour une sommation ».

« Je ne veux pas vous recevoir », aurait rétorqué Simone Gbagbo à l’huissier dont le procès-verbal a été lu, mercredi, lors de ce procès.

Déjà condamnée en 2015, à 20 ans de prison ferme pour ’’atteinte à la sûreté de l’Etat, Simone Gbagbo (68 ans), ex-première Dame ivoirienne, est poursuivie en assises, depuis mai 2016, pour ’’crimes contre l’humanité, crimes contre des populations civiles, crimes de guerre,...’’.

La défense de Simone Gbagbo a plusieurs fois exprimé la nécessité de faire comparaître plusieurs personnalités dont le ministre d’Etat Ahoussou Kouadio, le président du Conseil économique et social Diby Koffi, le Directeur général de la police Brindou M’bia, les Ambassadeurs Philippe Mangou et Édouard Kassaraté Tiapé (respectivement chef d’Etat-major de l’armée et Commandant supérieur de la gendarmerie lors des faits) ainsi que le président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro’’.

SY/ls/APA
Commentaires


Comment