Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Editorial
Article
Editorial

Editorial/ L’État, la Chambre de Commerce et d’Industrie, la Chambre Nationale d’Agriculture, la Chambre Nationale de Métiers… : « D’Artagnan et les 3 mousquetaires »
Publié le lundi 16 octobre 2017  |  Twins
Chambre
© Abidjan.net par Cyprien Kouassi
Chambre du Commerce et de l`Industrie de Côte d`Ivoire: Nicolas Djibo passe le flambeau à Touré Faman
Mardi 23 aout 2016. La liste Touré Faman et Parfait Kouassi a pris officiellement les rênes de la Chambre du Commerce et de l`Industrie de Côte d`Ivoire (CCICI) au cours une cérémonie de passation de charges. Photo:Touré Faman, nouveau président
Comment


Avec leur fameuse devise « un pour tous, tous pour un » l’histoire de « D’Artagnan et les 3 mousquetaires », écrite par Alexandre DUMAS en 1844, a fait le tour du monde.
Athos, Portos et Aramis. Les trois mousquetaires auquel s’est adjoint d’Artagnan, se sont mis avec désintéressement au service du Roi LOUIS xiii.

Ensemble, ils ont posé des actes héroïques pour défendre les intérêts de la Reine Anne d’Autriche au détriment du Cardinal Richelieu. La particularité de leurs prouesses résidait dans le fait que l’un n’affrontait jamais seul un danger, sans que les autres ne viennent à sa rescousse. Ils travaillaient main dans la main. L’un était capable de mourir pour les autres. Ces derniers aussi ne dérogeaient pas à la règle de la réciprocité. Ils étaient donc capables d’accomplir le même sacrifice. C’est cela l’unité.

L’économie ivoirienne et la communauté économique (confrontées à d’importants et nombreux défis) n’en attendent pas moins de l’État et des chambres consulaires….

Ces défis ont pour noms : faiblesse de la compétitivité, sous financement, manque d’infrastructures structurantes, faiblesse des capacités administratives, importance relative du secteur informel, croissance non inclusive, fiscalité pénalisante, faiblesse de transformation des matières premières…

Entre autres solutions préconisées par les pouvoirs publics : la transformation structurelle de notre économie.

La transformation structurelle désigne le processus de réallocation des ressources des secteurs les moins productifs vers des secteurs plus productifs et ayant d’importants effets d’entrainement sur le reste de l’économie. La réorientation continue des ressources vers des activités plus productives améliore les productivités sectorielles et globales (forte croissance et diversification de l’économie), crée des opportunités d’emplois (croissance inclusive) et modifie les structures économiques et sociales de façon compétitive (changement structurel).

Les déterminants majeurs des transformations structurelles sont la bonne gouvernance politique et macroéconomique, le leadership des dirigeants, la promotion et la diversification des exportations, le développement du capital humain conformément aux nouvelles compétences recherchées, l’innovation et les nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Ce sont autant de facteurs qui appellent à une gouvernance proactive et participative pour optimiser l’adhésion des agents économiques aux reformes et améliorer l’efficacité de la politique de développement.

Pour y parvenir de façon efficace, cohérente et avec une politique de proximité, un seul vecteur : les chambres consulaires : la Chambre de Commerce et d’Industrie, la chambre Nationale d’Agriculture et la Chambre Nationale de Métiers…
De fait, les chambres de commerce, d’industrie et de services, d’agriculture ou de métiers sont des organismes chargées de représenter les intérêts des entreprises commerciales et industrielles, agricoles ou artisanales d’une zone géographique et de leur apporter appui et assistance, aussi bien en encadrement et développement, qu’en gestion et formation.
C’est pourquoi, pour réussir la transformation structurelle de notre économie, l’État se doit plus que jamais de constituer avec les chambres consulaires, un quatuor unis pour le meilleur et pour le pire…., unis comme d’Artagnan et les 3 mousquetaires…..
Ensemble, ils devront travailler main dans la main au service de l’éléphant d’Afrique que nous voulons tous plus prospère.
Cela permettra : (i) une distribution de plus en plus égalitaire des productivités et des parts sectorielles de l’emploi ; (ii) une transformation des zones rurales en zones urbaines plus développées, accompagnée d’une formalisation accélérée du secteur informel; (iii) l’accès des secteurs à forte productivité aux facteurs de production afin de favoriser la diffusion des gains de productivité des secteurs stratégiques au reste de l’économie ; (iv) l’adaptation dynamique des formations aux emplois ; (v) la définition d’une stratégie globale en matière d’innovations technologiques ; (vi) le développement par secteur géographique des capacités d’appropriation technologique et des compétences techniques et professionnelles des porteurs de projets et des Pme/Pmi ; (vii) l’implication des acteurs clés (secteur privé, territoires, centres de recherche et universités) dans la recherche, le développement et la promotion des innovations ; (viii) l’amélioration de l’accès aux marchés...
Twins magazine, pour sa 14 ième livraison, a choisi de faire la part belle à nos chambres consulaires, afin pour chacune d’elle, de dérouler sa partition dans la symphonie de la transformation structurelle de notre économie, gage pour notre pays, de création de richesses et d’emplois….

De quoi faire rêver à l’émergence 2020.

Suivons donc ensemble cette autre aventure de « D’Artagnan et les 3 mousquetaires» dans leur volonté de doter la Côte d’Ivoire d’une économie performante…
Bonne lecture et à très bientôt.


Charles ZOKO SEBE
Rédacteur en chef
Commentaires


Comment