Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Développement durable - Le comité sectoriel des droits de l’Homme installé
Publié le vendredi 26 janvier 2018  |  Notre Voie
Salubrité
© Abidjan.net par Atapointe
Salubrité / Lutte contre les déchets électroniques: l`Etat de Côte d`Ivoire s`engage aux côtés de la SGS-SAR
Abidjan le 8 Janvier 2018. La Ministre de la Salubrité, de l`Environnement et du Développement Durable, Anne Désirée Ouloto a procédé à la signature d`une convention portant sur le traitement des déchets électroniques. Les signataires sont la Société SGS et la Société SAR.
Comment


La ministre de la Salubrité, de l’Environnement et du Développement durable, Anne Désirée Ouloto a installé le comité sectoriel du développement durable de la Commission Nationale des Droits de l’Homme de Côte d’Ivoire (Cndhci), vendredi dernier, au siège de cette structure, à Cocody, les II-Plateaux Vallons. Il comprend 9 membres et est présidé par Naminata Sangaré, la présidente de la Cndhci. Anne Désirée Ouloto a salué la promptitude avec laquelle ce comité a été mis sur pied. Elle a dit son ambition de faire en sorte que les Ivoiriens s’engagent dans la lutte pour le développement durable. « Nous avons l’ambition de constituer au fil des années une masse critique de volontaires qui nous aideront à mener ce combat », a-t-elle affirmé.
Pour sa part, la présidente de la Cndhci, par ailleurs présidente du comité sectoriel de développement durable cette Commission, a indiqué que la Cndhci prendra sa place dans les actions de développement durable. « En attendant d’autres directives, le comité de développement durable de la Cndhci a pour missions, entre autres, d’analyser la situation du développement durable au sein de la commission centrale et des commissions régionales… », a t-elle précisé.
Les membres du comité ont eu droit à des kits, et ont promis de jouer leur partition pour relever le défi lié à leur nouvelle charge.

César Ebrokié
Commentaires


Comment