Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Editorial
Article
Editorial

Le temps de l’édito par par Yacouba Gbané: le pouvoir n’est pas éternel !
Publié le lundi 19 fevrier 2018  |  Le Temps
Comment


La Côte d’Ivoire est malade. Les filles et fils se regardent en chiens de faïence. Et pourtant, les médicaments pour la guérir existent. Le dialogue, le respect des règles élémentaires de la démocratie et l’acceptation des uns par les autres, quelles que soient leurs différences idéologiques, ethniques ou religieuses. Il suffit d’une bonne volonté politique. Il faut œuvrer en faveur de la réconciliation malgré les vicissitudes qui ont affecté la vie de la Nation ivoirienne. Les autorités ont l’impérieuse mission de rétablir la confiance entre les Ivoiriens. L’injustice, l’oppression, la brimade de l’opposition, les emprisonnements, les arrestations, les tortures ne sont pas un mode de gouvernement. Le pouvoir n’est pas éternel. Le pouvoir est comme une pièce de théâtre. Chacun joue son rôle. Et s’en va. Tout le monde est de passage. Les hommes passent. Et l’Etat demeure. « Le dialogue est l’arme des forts. Et non l’arme des faibles. On n’est jamais toujours fort. On se croit ou on se prend pour être fort quand, on est entouré de fusil, d’armes de toute sorte. Et on s’aperçoit un jour, qu’on est fort jusqu’au jour, où on trouve plus fort face à soi », disait feu le ministre Jean-Jacques Béchio. Le dialogue ne doit pas être une vue de l’esprit, mais plutôt un moyen de règlement des crises. Houphouët-Boigny a parlé de dialogue comme l’arme des forts et le Président Laurent Gbagbo a dit : « Asseyons- nous et discutons ». Le dialogue, la paix et la réconciliation font partie des principes pour la marche d’une Nation. Qu’est-ce qui empêche le régime de s’asseoir avec l’opposition? Et de faire ce qu’on appelle la palabre africaine. Afin d’arriver à des solutions, pour permettre à la Côte d’Ivoire de retrouver le chemin de la paix. La paix ne se décrète pas. Il ne sert à rien de vouloir cacher le soleil avec la main. Tirons les leçons du passé. La réconciliation nationale est en effet, la voie incontournable, pour arriver à une véritable paix. C’est la condition sine qua non de la stabilité, laquelle stabilité va conditionner la véritable paix, laquelle paix va assurer le développement. Allons donc à la table du dialogue pour s’asseoir et discuter franchement, pour une sortie heureuse de crise. Et cela, pour le bonheur des Ivoiriens. Comme le dit Laurent Akoun, vice-président du Parti de Gbagbo : « Lorsque le passé n’est pas maîtrisé, le présent se gère mal et le futur devient incertain. Si nous voulons comprendre ce qui arrive à la Côte d’Ivoire sur le plan sécuritaire, il faut dans l’intérêt de tous, rappeler notre passé récent à la mémoire collective ». La situation actuelle de la Côte d’Ivoire est l’épilogue d’un long processus d’accumulations, de frustrations et de ressentiments qui ont fini par disloquer toute la cohésion sociale. Alors, il faut aller à la réconciliation. Il ne faut pas que ce soit sur les lèvres. Mais des actes concrets. Ce n’est pas Michael Grau, Ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne en Côte d’Ivoire qui dira le contraire. « Il est indispensable de réussir la réconciliation. Il faut impérativement réussir cette réconciliation », fait-il remarquer dans une interview accordée au journal LG Infos du samedi 17 février 2018. Les évêques de l’Eglise Catholique de Côte d’Ivoire multiplient donc les appels à la réconciliation véritable entre les fils et filles du pays. Ils ne manquent plus d’occasion, pour se faire entendre. La balle est dans le camp du régime. C’est maintenant qu’il faut agir. Avant qu’il ne soit trop tard. Evitons d’emprunter le chemin de «Je m’en fous». On finira par se retrouver dans le village de «Si je savais». Soi-disant en passant, le Président Laurent Gbagbo, Simone Gbagbo, Charles Blé Goudé et les autres prisonniers politiques sortent quand ? Et à quand le retour des exilés ? C’est une simple question. Sinon, je suis de passage. Allons-y seulement. Haut les cœurs. La liberté vaincra ! A la semaine prochaine. Inch’Allah ! Que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire.

yacou06336510@yahoo.fr
Commentaires


Comment