Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Côte d’Ivoire : pour Guillaume Soro, le parti unifié doit être inclusif

Publié le jeudi 5 avril 2018  |  Jeune Afrique
Cérémonie
© Assemblée Nationale par DR
Cérémonie d`ouverture solennelle de la session ordinaire 2018 de l’Assemblée nationale
Mardi 03 Avril. Assemblé Nationale. Ouverture de la Session Ordinaire 2018 (Discours du PAN Guillaume Kigbafori SORO à l’ouverture de la Session Ordinaire 2018


En moins d’une semaine, le président de l’Assemblée nationale a évoqué la création du parti unifié à deux reprises. En exprimant à chaque fois des réticences.

« Cette fois, pas besoin de m’enregistrer, la séance est retransmise en direct à la RTI », a plaisanté Guillaume Soro mardi 3 avril lors de l’ouverture de la session 2018 de l’Assemblée nationale, faisant référence à la diffusion d’un enregistrement de son intervention lors d’une réunion du Rassemblement des républicains (RDR), le 29 mars. Enregistrement dans lequel on entendait le président de l’Assemblée émettre des réserves vis-à-vis du parti unifié.

Mardi, son discours avait pour thème « le pardon et la réconciliation ». Mais Soro a profité de l’occasion pour évoquer une nouvelle fois l’épineuse question du parti unifié. « Tant que les désaccords à ce sujet s’expriment dans la courtoisie, tout ceci peut être considéré comme une joyeuse aventure et même une preuve de la vitalité de notre démocratie. Mais quand les débats tournent à la crispation, voire à l’hostilité, cela réveille de vieilles peurs enfouies. C’est pourquoi, et c’est mon avis personnel, il convient de laisser la place au dialogue. Le dialogue, rien que le dialogue », a-t-il déclaré à la tribune sous les yeux du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, de la présidente du RDR, Henriette Dagri Diabaté, de plusieurs ministres, ainsi que de la présidente de la chambre des députés du Rwanda, Donatille Mukabalisa.
... suite de l'article sur Jeune Afrique

Commentaires


Comment