Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

La ministre de l’Education nationale annonce une kyrielle de sanctions pour les éventuels grévistes de la COFESCI

Publié le mardi 14 mai 2019  |  AIP
Education/menace
© Abidjan.net par Marc Atigan
Education/menace de grève dans l`enseignement général: la Ministre donne des explications
Abidjan le 13 Mai 2019. La ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle a animé, ce lundi une conférence de presse relative à la reprise de la grève dans le secteur de l’éducation par la Coalition des syndicats du secteur éducation/formation de Côte d’Ivoire (COSEFCI).


La ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, estimant que le mot d’ordre de grève lancé par la Coalition du secteur éducation-formation de Côte d’Ivoire (COSEFCI) est « illégal », parce que « sans préavis », a annoncé plusieurs sanctions, telles que la radiation des effectifs, la suspension ou la ponction de salaires, encoures par les éventuels grévistes.

« Je souhaite que les enseignants soient à leur poste. Je ne souhaite pas que cette énième grève prospère. Tous les absents, pour cause de grève, verront leurs salaires suspendus. La recréation est terminée. Trop, c’est trop. Je dis Non, Non et Non », a clamé le ministre Kandia Camara lors d’une conférence de presse, mardi, à son cabinet.

Elle dit être « indignée » par cette grève au moment où le gouvernement a pris l’engagement de régler l’ensemble des revendications suite à la signature de la trêve sociale.

Et surtout dans un contexte où les résultats d’un séminaire qui a réuni l’ensemble des protagonistes à Grand-Bassam, du 10 au 13 avril, et des négociations à Abidjan doivent être revisités, avant leur adressage au Premier ministre pour leur adoption finale, a ajouté la ministre Kandia Camara.

Le secrétaire général du COSEFCI, Attaby Pacôme, a annoncé un mot d’ordre de grève de quatre jours, à partir de ce mardi, en protestation contre la non satisfaction de leurs revendications parce que le gouvernement voudrait, selon lui, « gagner du temps, nous prendre par le temps pour aller à la fin d’année », sans avoir réglé les problèmes, rappelle-t-on.

« Tous ceux qui vont aller en grève seront considérés comme des hommes et des femmes qui ne veulent pas être de notre corps, qui n’ont plus leur place ici parmi nous », a prévenu Kandia Camara qui soupçonne le responsable syndical d’avoir d’autres desseins, en prenant l’école en otage, en hypothéquant l’avenir des enfants et en perturbant les examens de fin d’année.

La ministre en appelle au sens de responsabilité des enseignants, les invitant à ne pas s’associer à cette grève « aux conséquences lourdes pour leurs auteurs ».

Cette grève qui passe par la rétention des moyennes et des notes, risque de remettre en cause le nouveau découpage de l’année scolaire et les dates des examens scolaires, indique-t-on.

(AIP)

aaa/kp
Commentaires
Playlist Société
Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment