x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Paroles Fortes

« On ne peut pas se réconcilier si on n’est pas capable de pardonner »

Hamed Bakayoko a déclaré le ministre de l'Intérieur sur la chaine de télévision Vox Africa

« Nous voulons des institutions fortes et non des individus prédestinés, aussi sages, courageux et stratèges soient-ils »

Alphonse Soro a déclaré le président de l’Alliance Pour le Changement (APC), organisation de la société civile

« Nous allons poser des actes. Nous irons au concret. On ne va plus parler, on va travailler »

Koffi Raymonde a déclaré la nouvelle ministre de la Femme et de la Famille

« Si Licorne et l’ONUCI n’avaient pas appliqué la Résolution de l’ONU, ce serait un génocide comme au Rwanda »

Alpha Blondy a déclaré le rastafoulosophe national à sa sortie d'une audience avec le chef de l'Etat

« Si Blé Goudé a besoin de mon aide pour revenir au pays, je suis prêt »

KKB a déclaré le président de la jeunesse du PDCI-RDA

« C`est à l`ENA que le changement doit commencer. Parce que c`est ici qu`on forme les fonctionnaires »

Gnamien Konan a déclaré le ministre de la Fonction publique et de l`Emploi

« A Abidjan, tout a été mis sens dessus dessous. C’est un paysage apocalyptique. Est-ce pour autant que nous devons rester les bras croisés ? »

Général Kouakou Nicolas a déclaré l'ancien patron du Centre de Commandement intégré aux gendarmes de la 5ème Légion

« Le monde entier va se ruer sur Yamoussoukro. Plusieurs Chefs de l’Etat sont attendus... »

Hamed Bakayoko a déclaré le Ministre de l'Intérieur, à propos de l'investiture du Président de la République

« On ne peut pas déstabiliser le tissu social, simplement parce qu’on est journaliste. Plus personne ne pourra faire n’importe quoi et se mettre sous une protection politique »

Hamed Bakayoko a déclaré le ministre de la Communication par intérim à la faveur de la célébration de la Journée mondiale de la presse 2011

« Le président Laurent Gbagbo a, pendant plusieurs années, dirigé ce pays. Donc il faut pouvoir lui conserver une certaine dignité et respecter ses droits »

Mme Olga Laure Gondjout a déclaré la secrétaire à la présidence du Gabon, au sortir d'une audience accordée par le chef de l'Etat

« Où était Amnesty international quand Gbagbo massacrait ses compatriotes ? »

Konaté Sidiki a déclaré le secrétaire national des forces nouvelles chargé de l`organisation et de la mobilisation

« Nous sommes allés trop loin... »

Paul Yao N’dré a déclaré le président du Conseil constitutionnel après son entrevue avec le chef de l'Etat
PUBLICITÉ