x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le mardi 31 août 2010 | Le Nouveau Réveil

Transports : Grève des convoyeurs de fret - Des arrestations au Nord - Eric Diabaté (porte-parole des transporteurs), hier, au corridor de Gesco : “Tant qu`on ne libéralise pas l`escorte, nous ne bougeons pas”

© Le Nouveau Réveil Par DR
Partenariat : Les transporteurs ivoiriens à Dakar.
Les membres du groupement d’intérêt économique des propriétaires de véhicules de transports routiers de Côte d’Ivoire (GIEPVTR) ont récemment effectué une mission d’échange et d’expertise à Dakar.
Les conducteurs professionnels ont décidé de marquer un arrêt de travail de 72 h pour protester contre le monopole de l`escorte groupée de l`Office ivoirien des chargeurs (Oic), structure sous tutelle du ministère des Transports, piloté par Albert Flindé. Hier, sous l`impulsion du Conseil national des organisations des conducteurs professionnels de Côte d`Ivoire (Cnocp-ci), le convoyage de fret vers les pays de l`hinterland (Burkina, Niger et Mali) a ainsi connu des perturbations dans la journée. Il fallait fermer les frontières ivoiriennes aux camions venant du Niger, du Mali et des autres pays (frontaliers). Malheureusement, l`objectif n`a pu être atteint, comme souhaité, selon nos informations en provenance des frontières ivoiriennes. "Elles ont ouvert et le trafic s`est déroulé, comme si aucune grève n`était en cours…La circulation des personnes et des biens s`est bien effectuée", nous a confié notre interlocuteur. Les frontières Côte d`Ivoire-Burkina et Côte d`Ivoire-Mali ont connu leurs fréquences habituelles de trafic jusqu`à 16h. Les Forces nouvelles en faction dans ces contrées ont travaillé correctement aux postes de Pogo, Ouango. Toutefois, à Ouangolo, deux arrestations ont été enregistrées :Mme Haïdara et Diaby. Un syndicaliste de Sikasso au Mali a été pris par la gendarmerie malienne au poste frontalier de Zegoua. On note des actions réussies aux corridors de Gesco à Abidjan-Yopougon et d`Elubo au Ghana. Nos sources indiquent aussi que cette grève serait une manipulation d`un proche du chef de l`Etat, Laurent Gbagbo. Il serait originaire du Nord et aurait décidé de casser le monopole de l`Oic et le remettre aux transporteurs. Il aurait le soutien d`un baron de la filière bétail.
Président du Comité de gestion des crises des syndicats, acteurs et auxiliaires du transport (Cgcsaatci) et porte-parole des grévistes, Eric Diabaté a indiqué, hier matin, au corridor d`Abidjan-Yopougon, que sa structure a été saisie par les chauffeurs de l`hinterland pour protester contre l`escorte groupée. " Les chauffeurs de la sous-région nous ont dit qu`on ne leur laisse pas le choix. Or, pour nous, l`escorte doit se faire par libre adhésion. Quand un chauffeur doit partir, on ne lui remet pas l`acquis directement. On le remet à l`Oic qui impose 120 000 F comme frais d`escorte…Nous sommes là pour protester contre l`escorte obligatoire. Tant qu`on ne libéralise pas l`escorte, nous resterons ici…Notre grève est faite sans violence. Nous laissons passer tous les camions et véhicules qui n`ont pas le macaron de l`Oic et faisons retourner ceux qui l`affichent ", a-t-il déclaré. 200 camions selon lui ont été bloqués à Yamoussoukro, hier. Selon nos sources, la réponse est connue, l’escorte reste l’affaire de l’Oic, comme l’a decidé le ministre des transports.

P. Tadjau

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ