x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Politique Publié le lundi 28 mars 2011 | Le Patriote

Nommé Haut Représentant de l’UA à Abidjan - José Brito n’est pas l’homme de la situation

© Le Patriote
L’UA a nommé l’ex-ministre cap-verdien des Affaires étrangères José Brito comme son haut représentant en Côte d’Ivoire, chargé d’organiser des négociations entre parties ivoiriennes pour résoudre la meurtrière crise post-électorale
Confondue dans ses hésitations, atermoiements, calculs d’intérêts et laxisme, l’Union Africaine a finalement désigné son représentant pour mettre en pratique les résolutions du Panel de haut niveau. Après avoir grillé deux importantes semaines, Jean Ping a, en complicité avec Obiang Nguema, président en exercice de l’UA, nommé le Cap verdien, José Brito. C’est ce dernier qui devrait conduire à l’acceptation des mesures contraignantes. Mais juste après sa décision, le président Alassane Ouattara l’a récusé. Selon le vainqueur du scrutin présidentiel du 28 novembre dernier, la nomination du Cap verdien ne respecte pas les conditions arrêtées par le sommet des chefs d’Etat. Le haut représentant doit être désigné avec l’accord des deux parties, il doit être un ancien chef d’Etat et enfin, il ne doit avoir aucune accointance avec l’une des parties. Pourtant, la nomination de Brito, ministre des affaires étrangères du Cap Vert ne respecte aucun des ces trois critères. Le Président Ouattara n’a pas été saisi et le Cap verdien n’a jamais été chef d’Etat. Ces deux éléments à eux seuls suffisent pour le récuser. Mais ce qui saute le plus aux yeux des observateurs de la crise ivoirienne, c’est la « familiarité » entre le haut représentant proposé et le camp Gbagbo. D’abord, le président cap verdien, Pedro Pires, n’a jamais caché son amitié pour Gbagbo. Et cela pour plusieurs raisons. Pires a toujours mangé à la soupe de l’ancien chef d’Etat ivoirien. Ils ont partagé plusieurs business peu catholiques ensemble. On se rappelle que dans l’affaire l’Institut africain de l’Afrique de l’ouest (IAAO) où Gbagbo a pesé de tout son poids pour que cette institution soit délocalisée au Cap Vert. Pedro Pires est un suiveur de Gbagbo parce qu’il bénéficie des largesses de ce dernier. Les frais de mission des autorités cap verdiennes pour les gros sommets du continent sont pris en charge par Gbagbo. Et souvent, l’ancien maitre d’Abidjan aidait Pires à payer les salaires de ses fonctionnaires. Pedro Pires est également l’homme de main d’Obiang Nguema. Le président équato-guinéen qui compte parmi les très rares soutiens de Gbagbo. Président en exercice de l’UA, c’est lui qui a favorisé, à sa manière la désignation de José Brito. Mais Brito n’a pas été élu au hasard. Bien au contraire, le ministre des affaires étrangères n’est pas un étranger en Côte d’Ivoire. Il est d’ailleurs considéré comme un fils pour Laurent Gbagbo qui fut son professeur au Lycée Classique d’Abidjan. José Brito, inconditionnel invétéré de l’ancien président Gbagbo, s’était déjà montré très proche de celui-ci. N’est-ce pas lui qui le premier, dans un communiqué, avait annoncé depuis Praïa que l’alternative du recours à la force était écartée. Cela au moment même où les chefs d’état-major de la CEDEAO étaient en pleine réunion à Abuja. Comme on le constate, José Brito est un proche parmi les proches de Gbagbo. Toute chose qui entame sa crédibilité.
Vu que ce dernier ne rempli aucune des trois conditions du panel, on se demande bien comment et pourquoi Obiang et Jean Ping ont pu le désigner pour conduire cette mission. C’est donc le plus naturellement du monde qu’il ait été récusé par le Président Ouattara. José Brito est tout, sauf l’homme de la situation.
Koné Lassiné

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ