PUBLICITÉ

Politique Publié le dimanche 16 septembre 2012 | Le Mandat

L’Editorial de Ulrich Mouahet/L’homme du temps et de la situation

© Le Mandat Par DR
FEMUA: le Président de l`Assemblée nationale, Guillaume Soro à Anoumabo
Dimanche 8 avril 2012. Abidjan. Commune de Marcory. Le Président de l`Assemblée nationale, Guillaume Kigbafory Soro rehausse de sa presence la 5e edition du Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (FEMUA)
“A chaque homme son temps, et à chaque temps son homme! Qu’on le veuille ou non, l’homme de la situation est Guillaume Soro’’. C’est ce qu’affirme Zoro Michel, Conseiller spécial chargé des questions humanitaires des Forces nouvelles, ex-rébellion armée, à travers les colonnes d’un confrère. Le proche collaborateur du Président de l’Assemblée nationale se prononce ainsi sur la situation sécuritaire de la Côte d’Ivoire. Dans un discours qui voile à peine les nouvelles ambitions de son patron, M. Zoro nie le mérite du chef de l’Etat qui a en charge la défense, et celui du Premier ministre, en tant que chef du gouvernement. Ces deux personnalités ne seraient pas à leurs places. Il faut donc mettre les hommes aux places qu’il faut, faire appel aux compétences. S’adressant directement au président Alassane Ouattara, il formule sa revendication sous la forme d’une injonction: ‘’Nous lui demandons de redonner la Primature et le ministère de la Défense à Guillaume Soro. Soro doit être au cœur de l’Exécutif ‘’. Puis, il finit par confesser : ’’ les problèmes sécuritaires ont beaucoup de subtilité. Les stratégies sont mieux exécutées par celui qui connait non seulement le terrain ,mais qui détient le pouvoir de les faire appliquer’’. Autrement dit, en dehors de Soro, aucun autre stratège ne peut avoir l’autorité nécessaire pour faire appliquer les mesures prises par la haute hiérarchie militaire. Car comme l’affirme son Conseiller, ceux qui aujourd’hui constituent les bras valides des Forces républicaines sont ses hommes. Des éléments de l’ex- rébellion qui ne se reconnaissent d’abord et avant tout qu’en lui. Ce discours dissimule certainement un message que les Ivoiriens, le chef de l’Etat en premier, doivent chercher à décrypter. Pour obtenir le retour de la paix, il serait souhaitable que le président de la République engage des discussions franches avec le président de l’Assemblée nationale, afin de cerner tous les contours de la question. Les propos de Zoro ne sont pas un vain discours. La forme et le fond interpellent chaque citoyen. ‘’ J’estime que quand il s’agit de sécurité et défense, il n’est plus question de limiter les choses aux présidents Ouattara et Bédié. La sécurité et la défense transcendent les accords politiques. Les Ivoiriens ne lui demanderont aucun compte sur ses rapports avec le Pdci et sur d’éventuels accords qui n’auraient pas été respectés entre le Président Bédié et lui’’, conclut-il. La défense, la primature et l’Assemblée nationale aux ex-Forces nouvelles, le PDCI bouté hors du pouvoir pour que la Côte d’Ivoire vive. Voilà qui est clair pour ceux qui rêvent de paix.

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ