x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Politique Publié le vendredi 12 octobre 2012 | Xinhua

Côte d`Ivoire : 15 ans de prison pour un haut chef militaire pro-Gbagbo

ABIDJAN -- L'ex-commandant de la Garde républicaine, le général Brunot Dogbo, un pilier du système sécuritaire sous Laurent Gbagbo, a été condamné jeudi à 15 ans de prison ferme par le Tribunal militaire d'Abidjan pour "complicité d'enlèvement et d'assassinat" d'un militaire à la retraite lors de la crise post-électorale de 2010 et 2011.
Après une semaine de procès, le Tribunal a reconnu le général Dogbo Blé coupable des faits de "complicité d'enlèvement et d'assassinat" du colonel-major Dosso Adama et l'a condamné à 15 ans de prison.
Le procureur militaire avait requis 20 ans de prison mais le Tribunal lui a reconnu des "circonstances atténuantes".
Le général était poursuivi en même temps qu'un officier et quatre sous-officiers dont deux sont en fuite.

Le colonel-major Dosso Adama a été enlevé et assassiné le 12 mars 2011 à une trentaine de kilomètres à la sortie nord d'Abidjan alors qu'il revenait du Golf hôtel où était bloqué Alassane Ouattara et bon nombre de ses partisans.
L'un des prévenus, le sergent-chef Jean-Noël Lagaud a avoué avoir tué le colonel-major Dosso Adama, tout en affirmant que l'ordre lui avait été donné par le commandant Yagba Kipré, directeur de cabinet du général Brunot Dogbo Blé.
Le sergent-chef a été condamné à 15 ans de prison pour " enlèvement, séquestration et assassinat".
Le commandant Yagba Kipré a écopé de 15 ans pour "complicité".

Le commandant Yagba Kipré a nié toute responsabilité dans le crime tout comme son chef, le général Dogbo Blé, qui a soutenu n'avoir donné l'ordre à personne de tuer.
Deux autres sous-officiers ont écopé de 12 ans et cinq de prison ans et un mandat d'arrêt international a été décerné contre les deux autres en fuite condamnés à 15 ans de prison.
Tous les prévenus ont bénéficié de "circonstances atténuantes".
L'affaire du colonel-major Dosso Moussa est le premier procès pour les "crimes" qui ont été commis pendant la crise post- électorale.
Au total "64 personnes ont été inculpées pour sept affaires en instruction ou en cours d'instruction".

Les prévenus sont poursuivis pour plusieurs chefs d'accusation dont "détournement d'armes et de fonds", "recrutement et entraînement de miliciens", "atteinte à la sûreté de l'Etat" et " crimes économiques".
Le général Brunot Dogbo Blé est inculpé dans trois des sept affaires et "risque la prison à vie", selon le procureur militaire Ange Kess

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ