x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Politique Publié le samedi 13 octobre 2012 | APA

Destitution de cinq militaires pro-Gbagbo en Côte d’Ivoire

© APA Par Prisca
Tribunal militaire : Ange Kessy anime un point de presse avant l`ouverture des procès liés aux crimes commis pendant la crise post-électorale.
Vendredi 07 septembre 2012. Abidjan. Le tribunal militaire annonce l`ouverture de nouveaux procès de militaires impliqués dans des crimes commis pendant la crise post-électorale, procès qui debuterons le 18 septembre prochain.
Abidjan (Côte d’Ivoire) - Le tribunal militaire d’Abidjan a prononcé la destitution de cinq militaires pro-Gbagbo dont leur implication dans l`assassinant du colonel major à la retraite Adama Dosso en pleine crise post électorale en mars 2011 a été prouvée cette semaine au cours d’un procès ouvert à cet effet.

Selon le commissaire du gouvernement (procureur militaire), le colonel Ange Kessy qui s’exprimait vendredi soir sur les antennes de la télévision première chaîne (service public), ‘’lorsque des officiers et sous-officiers sont condamnés à plus de cinq ans, le tribunal prononce leur destitution’’. Selon lui cette mesure est ‘’conforme au code pénal’’.

L`ex-commandant de la Garde républicaine, le général Brunot Dogbo Blé, un pilier du système sécuritaire sous Laurent Gbagbo et les quatre autres militaires reconnus jeudi coupables d`assassinat et de complicité d`assassinat,’’ ne sont plus militaires et ne seront plus autorisés à porter leurs galons.’’

‘’Cette destitution perpétuelle, aucune autorité ne peut y revenir’’, a précisé Ange Kessy.

Le parquet militaire d’Abidjan a condamné le général Bruno Dogbo Blé ex Commandant de la garde républicaine et le commandant Kipré coupables des faits d’enlèvement, de séquestration et complicité d’assassinat de 15 ans de prison ferme.

Le sergent Jean Noël Lagaud, le tueur du colonel Dosso écope également de 15 ans de prison ferme.

Quand à leur complice le sergent Noël Toualy a écopé de cinq ans de prison avec une amende 500 mille francs CFA.

Ce dernier garde toujours son titre de soldat.

Le parquet a requis les mêmes sanctions contre ces soldats et un mandat d’arrêt international contre les sergents Lobé Lobé et Yapi Yapo qui sont en fuite.

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ