PUBLICITÉ

Politique Publié le mardi 15 janvier 2013 | Le Mandat

Séminaire Bilan du ministère de la Défense : les nouvelles orientations de l’Armée... Réconcilier les militaires

© Le Mandat Par Emma
Défense / Séminaire-bilan de l`armée à Grand-Bassam: le Ministre Paul Koffi Koffi à la clôture des travaux
Vendredi 3 février 2012. Grand-Bassam. Photo: le Ministre délégué à la Défense, Paul Koffi Koffi préside la cloture des travaux
Le ministre auprès du Président de la République chargé de la Défense, Paul Koffi Koffi, a ouvert, hier, à Grand-Bassam, en présence de plusieurs hauts responsables militaires, un grand séminaire sur les réflexions devant aboutir à la reforme de l’Armée ivoirienne.

«Bilan 2012 et planification triennale 2013-1015 des activités du ministre de la Défense du 14 au 17 janvier 2013». C’est sous ce thème que les grands commandements militaires de l’Armée Ivoirienne se sont réunis, le lundi 14 janvier, dans un grand hôtel de Grand-Bassam. Durant quatre jours, il s’agira pour les « technocrates » de la grande muette de faire, d’abord, le point des priorités qui avaient été dégagées lors du séminaire de l’année 2011-2012, dont le renforcement du cadre institutionnel et juridique, la reforme du secteur sécurité, le renforcement de capacités opérationnelles, l’amélioration de l’environnement sécuritaire et de faire le bilan du Programme de travail gouvernemental (PTG) du ministère de la Défense au titre de l’année 2012. Mais, surtout de planifier les principales activités du ministère de la Défense sur les années 2013-2015, dans le cadre du contexte de la Reforme du secteur de sécurité (RSS). Aussi, les participants pourront-ils identifier les actions majeures contenues dans la politique de défense 2013-2015, la loi de programmation militaire 2013-2017, tracer les grandes lignes de la reforme de l’enseignement militaire, faire le toilettage des textes afin de donner à l’Armée une base légale et juridique permettant de fixer le statut des militaires et leur profil de carrière.

Selon le ministre auprès du président de la République chargé de la Défense Paul Koffi Koffi, en lançant cette réflexion, l’objectif est d’insuffler une nouvelle dynamique au vaste chantier de reconstruction de l’Armée, entamé depuis la fin de la crise post-électorale. « Le Président de la République, Alassane Ouattara, en nous autorisant à organiser ce séminaire bilan et de planification des activités de l’année en cours et des années à venir, nous a demandé de vous traduire ses vœux de bonne année. Vous vous rappelez, qu’à l’occasion de la présentation des vœux, il a dit que l’année 2013 doit être celle de la normalisation totale. Cela exigera plus d’efforts pour faire mieux que 2012. C’est pour cela que nous avons identifié les domaines majeurs pour mener les réflexions. Nous souhaitons qu’à la fin de ce séminaire, nous puissions avoir des orientations claires et nettes pour permettre aux militaires avec les grands commandements de mener leur action sur le terrain », a situé d’entrée de jeu, le ministre Paul Koffi Koffi.

Les fléaux qui doivent disparaître

Poursuivant, il s’est appesanti sur la cohésion qu’il devrait avoir lieu au sein des Forces de l’ordre pour faciliter la réconciliation nationale. « Il faudra essentiellement axer sur un concept : la réconciliation au sein des Armées. Car, il ne faut pas se le cacher, l’armée est à l’image du pays. Il est important que tous les militants quelque soit leur grade et leur qualité puissent travailler en bonne intelligence pour le même objectif ; tout en sachant servir », a souhaité le ministre auprès du président de la République chargé de la Défense. A l’en croire, pour la réalisation d’un tel projet, « il serait important de gérer au mieux tous les moyens mis à disposition, notamment les questions des baux, de l’alimentation des effectifs et surtout galvaniser le moral des troupes, qui sont des facteurs essentiels pour la cohésion au sein des Armées ». S’agissant des fléaux « habituels », qui gangrènent la société, notamment le racket et le phénomène des coupeurs de route, Paul Koffi Koffi a affiché sa volonté de les combattre avec la dernière énergie. Pour lui, la réponse à la menace éventuelle intérieure et extérieure, pourrait conduire à une Armée nouvelle. « Et, c’est ce modèle qui sera développé en axant sur le concept ‘’Armée-Nation’’ et en le mettant en valeur. En effet, les tournées que nous effectuons actuellement, nous démontrent qu’il est important qu’entre l’Armée et la population, qu’il y ait surtout de bonnes pratiques permettant d’avoir une Armée véritable au service des populations », a-t-il exhorté l’ensemble des forces de l’ordre. Avant l’allocution de Paul Koffi Koffi, le Président du Comité scientifique, Général de corps d’armée Gueu Michel, également chef d’état-major Particulier du Président Ouattara, a indiqué que ces assises permettront de jeter un regard critique sur l’ensemble des activités de l’Armée ivoirienne et de revisiter les textes qui régissent leur travail. « Ce présent atelier bilan est organisé pour évaluer les acquis et planifier les objectifs à venir. Les travaux auront lieu en plénière avec huit communications et en Commission », a précisé le Gl Gueu Michel, représentant le Médecin Général de Brigade Kouamé Akissi, présidente du Comité d’organisation dudit séminaire.

L’Armée de rêve!

A l’ouverture des réflexions sur le bilan du ministère de la Défense, le ministre Paul Koffi Koffi a donné une mouture de ce que sera la nouvelle Armée ivoirienne. C’est-à-dire, « une nouvelle Armée avec un format adéquat, performant, efficace et efficient ; une Armée bien entraînée qui opère avec des équipements modernes et adaptés ». Selon lui, le Président de la République, Alassane Ouattara, est en train d’accomplir des efforts pour la modernisation de cette Armée. « Vous voyez déjà les efforts accomplis par le Chef de l’Etat, de doter l’armée de moyens modernes. Qui sont non seulement utilisés pour les manœuvres militaires, mais pour apporter la sécurité auprès des populations. Donc, nous aurons une Armée avec des règles de fonctionnement claires et précises ; une Armée apte à accomplir ses missions, à respecter les valeurs républicaines et une Armée ouverte sur la sous-région et l’international. Naturellement, sans oublier le statut de la nouvelle Armée. Comment est-ce qu’il faudra faire la promotion des femmes aux grades les plus élevés et à des postes de responsabilité? Comment renforcer les procédures de contrôle face aux attaques de nos positions ? Tels sont les différents enjeux de cet atelier », a révélé le ministre auprès du président de la République chargé de la Défense.

FOFANA BABA IDRISS

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ