x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Politique Publié le lundi 2 décembre 2013 | Nord-Sud

Visite d’Etat dans le Gbêkê : Bilan satisfaisant pour Ouattara

© Nord-Sud Par Atapointe
Visite d’Etat dans la région du Gbêkê : Meeting de clôture au stade de Bouaké
Vendredi 29 Novembre 2013. Le président Alassane Ouattara achève sa visite d`Etat dans la région du Gbêkê par un grand Meeting au Stade de la ville.
Pendant cinq jours, du 25 au 29 novembre, Alassane Ouattara et les populations de la région du Gbêkê se sont parlé et, semble-t-il, se sont compris.


Alassane Ouattara est en phase avec son peuple. Pour s’en convaincre, il n’y a qu’à regarder la grande mobilisation des populations, notamment celles de la région du Gbêkê, que le président de la République et son épouse viennent de visiter. A leur arrivée, lundi, dans l’ex-Vallée du Bandama comme à leur départ, vendredi, les populations n’avaient d’yeux que pour eux. Tout commence dès le lundi 25 novembre, en fin d’après-midi. Arrivé par avion, le Président Ouattara a droit à un accueil particulièrement chaleureux. De l’entrée nord jusqu’au centre de la ville où se trouve sa résidence officielle, le chef de l’Etat aura droit à un impressionnant bain de foule, digne des périodes de campagne électorale. C’était comme si la Côte d’Ivoire, dans son ensemble, s’était retrouvée dans la capitale de la région du Gbêkê. Après avoir présidé, mardi, un conseil des ministres à la nouvelle préfecture de Bouaké, Alassane Ouattara débute tambour battant ses rencontres avec les populations. Première escale : la mythique ville de Sakassou. Les bâches dressées à la Place Henri Konan Bédié de la ville, pour accueillir les invités, s’avèrent insuffisantes. Autre ville, même constat. Le mercredi, le Président Ouattara, baptisé Allah NGnissan, dans l’entre-deux-tours de la présidentielle de 2010 par les chefs baoulés, est accueilli avec ferveur à Botro, fief du ministre de la Fonction publique, Gnamien Konan. Mais comme la veille, sur le trajet menant à Sakassou, M. Ouattara est obligé de marquer une halte dans les villages et sous-préfectures qui mènent à Botro. Il ne manque donc pas de communier avec les populations de Diabo. Le jeudi, Alassane Ouattara honore les populations de Béoumi. Après avoir posé la première pierre de la construction du nouveau pont de la cité, il se rend à la place publique où il est attendu comme un fils prodige. C’est que, par le passé, sans doute hormis Félix Houphouet-Boigny, aucun de ces départements visités n’avait eu la chance de recevoir un président de la République, en fonction. Vendredi, la mobilisation sera plus grande pour le meeting de clôture de la visite d’Etat d’Alassane Ouattara au Stade de la Paix de Bouaké. Les populations sont tellement sorties nombreuses pour écouter le président de la République que le stade de la ville a refusé du monde. Pari donc réussi pour les comités locaux d’organisation qui n’ont eu manifestement aucune peine à convaincre les populations à venir communier avec le numéro un des Ivoiriens. «Il y a eu quelques grincements de dents liés au déguerpissement des commerçants des sites publics occupés de façon anarchique. Mais très vite, les ressentiments ont fait place à l’espoir d’un lendemain meilleur avec la venue du président de la République, surtout à la vue des changements opérés par les travaux réalisés dans le cadre des préparatifs de cette visite», a commenté Coulibaly Y., agent à la mairie de Bouaké. Une observation loin d’être fausse. La capitale de la région du Gbêkê a, en effet, changé de visage, en l’espace d’une semaine. La plupart des rues de la ville dégradées ont été réparées. Les feux tricolores défectueux ont été remplacés. Pareil pour l’éclairage public, sans oublier la nouvelle préfecture qui vient de sortir de terre et qui en rajoute à la fierté des Bouakéens. Mais en plus, le Président Ouattara qui ne vient jamais sans solutions, en a proposé pour faire redécoller cette importante ville et l’ensemble de la région dont elle est la capitale régionale. Au cours de son séjour dans la région, il a posé la première pierre du pont de Béoumi pour sortir ce département, le plus important après Bouaké, de son enclavement. Les travaux doivent durer 20 mois. En attendant la réalisation du pont, l’Etat ivoirien a doté le département d’un nouveau bac (l’ancien ayant été bombardé par les forces fidèles à l’ex-président, Laurent Gbagbo, lors de l’opération baptisée Dignité en novembre 2004), pour assurer la liaison entre Béoumi et les localités environnantes. Alassane Ouattara a aussi promis de donner suite aux doléances des populations concernant le bitumage de la route Sakassou-Tiébissou et le prolongement de l’autoroute du Nord jusqu’à Bouaké. Il a aussi promis la construction d’un marché de gros dans la capitale du Gbêkê. Dans l’attente de la réalisation de ces infrastructures, Alassane Ouattara a inauguré une station de traitement d’eau (la Loka) qui devrait permettre aux populations de la région de ne plus vivre les coupures intempestives d’eau.

Une grande première
prometteuse
Le tout n’étant pas seulement lié aux infrastructures, le président de la République a su trouver les mots justes pour parler aux populations. Partout où il est passé, il a d’abord demandé pardon à ses concitoyens, pour ce qu’ils ont subi comme désagréments depuis le déclenchement de la crise de septembre 2002. «Ce que nous avons vécu durant ces dix dernières années n’aurait jamais dû nous arriver», a clamé M. Ouattara, tout en saluant la disposition d’esprit du peuple baoulé à tourner la page. «Le pardon n’a de sens que quand la victime accepte de pardonner. Et le pardon grandit celui qui le demande», a-t-il indiqué, rendant hommage aux guides religieux et aux chefs traditionnels pour le rôle joué dans cette avancée. Dans la même veine, le chef de l’Etat n’a pas manqué de réitérer ses remerciements au peuple baoulé qui a grandement contribué à son élection à la magistrature suprême. «Votre soutien a été décisif», s’est-il félicité. Il a adressé un remerciement spécial au président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci), Henri Konan Bédié, qui avait, dans l’entre-deux-tours de la présidentielle, non seulement appelé les militants de son parti à reporter leurs voix sur le leader du Rassemblement des républicains (Rdr), mais a réuni les chefs traditionnels baoulés pour leur faire passer cette consigne. Réaliste, Alassane Ouattara ne s’est pas contenté de remercier ses ‘’alliés’’ baoulés. La présidentielle de 2015 approchant à grands pas, il invite d’ores et déjà les Baoulés et l’ensemble de la coalition qui le soutient, à savoir le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), à continuer de lui faire confiance. Et là encore, son regard se tourne vers Henri Konan Bédié. «Nous continuons de compter sur lui», a fait remarquer M. Ouattara, attendu dans une dizaine de jours dans la région du Bélier, pour le second round de cette visite d’Etat dans le pays baoulé.
Mais en attendant, le comité d’organisation devrait s’atteler à resserrer certains de ses boulons. Notamment en ce qui concerne les infrastructures. Pour beaucoup d’observateurs, les différents chantiers ouverts dans le cadre des visites présidentielles sont exécutés à la va-vite, avec quelques approximations. Il ne serait pas étonnant que les routes réparées ou bitumées à coup de milliards commencent à s’abîmer dès le début de l’année prochaine. Le comité que le chef du gouvernement a mis en place, selon le président de la République, devrait donc avoir un œil sur le respect des cahiers de charges des entreprises retenues pour exécuter les chantiers. Du côté organisationnel, le comité d’organisation devrait également jeter un coup d’œil. Quelques amateurs continuent d’avoir pignon sur rue dans certains secteurs touchant à la visite d’Etat.

Marc Dossa, envoyé spécial dans le Gbêkê

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ