PUBLICITÉ

Société Publié le mercredi 1 janvier 2014 | L’intelligent d’Abidjan

Emergence 2020 / Sanogo Kakou Serge : ‘‘La jeunesse n’a pas été prise en compte de façon régulière par les générations précédentes’’

Dans le discours actuel de tous les hauts responsables de l’administration OUATTARA, une seule phrase est couramment utilisée : l’émergence de la Côte d’Ivoire à l’horizon 2020. C’est un but fixé par le Président de la République en termes d’objectif de développement. Cette ambition qui constitue la boussole vers laquelle est orienté l’ensemble des programmes de développement du gouvernement, est par moment qualifiée par certains observateurs de la vie politique comme une nouvelle trouvaille du Chef de l’Etat pour balader l’esprit de ses compatriotes dans l’unique dessein de bénéficier d’une nouvelle confiance en 2015. D’autres, par contre, en font une large communication à des fins électoralistes. Mais l’émergence qu’est-ce que c’est ?

La notion de pays émergent est une norme déclarée conventuellement par la communauté internationale dans la marche d’un pays vers le développement. C’est un barème, une mesure, une étape donnée dans le processus de développement d’un pays. La Côte d’Ivoire a pour vocation de devenir un pays développé. Que le gouvernement actuel se fixe comme objectif, faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent à l’horizon 2020, nous devons l’encourager voir même l’accompagner car c’est la nation qui y gagnerait, même si nous savons que le délai de 2020 laisse entrevoir de sérieux doutes sur la réalisation d’un tel objectif économique à court terme. La Côte d’Ivoire pourra t-elle réussir en six (6) ans là où certaines grandes nations ont mis des décennies ?

La contribution de la jeunesse a cette émergence

Le mal qui ronge le pays, c’est que les gens réfléchissent en fonction de leurs appartenances ethnico-politique, de leurs profits et de leurs clans. Nous au MOJACI, nous parlons en termes de génération : la jeunesse, c’est belle et bien d’elle qu’il s’agit. Il nous faut repenser notre jeunesse, l’orienter, la mettre au centre et en valeur pour en faire un instrument au service de l’intérêt général. C’est ce combat que nous menons. Dans cette marche de la Côte d’Ivoire vers le cap d’un pays émergent, la jeunesse doit pleinement et activement jouer son rôle. Le développement de la Côte d’Ivoire doit inclure la promotion des valeurs de la jeunesse. Le pays doit pouvoir compter sur les jeunes pour bâtir son développement. Nous voulons bâtir un nouveau type de ‘’jeunes émergents’’ dans cette dynamique de développement. Le Mouvement des Jeunesses Actives de Côte d’Ivoire (MOJACI) se donnera les moyens pour que notre génération, soit au premier plan. C’est un combat de génération. La jeunesse doit contribuer à tous les niveaux et ne doit pas rester en marge de cette nouvelle donne.

Au niveau politique et institutionnel

Nous au MOJACI, nous sommes le reflet de toute une génération. Celle qui doit gouverner demain. Nous ne voulons plus être des victimes, ni être des acteurs dans cette lutte mortelle des blocs politiques en Côte d’Ivoire. Il nous faut écrire l’histoire de notre génération. Nous n’avons pas été pris en compte de façon régulière par les générations précédentes. Il y a des tâches pour lesquelles on ne se souvient pas de nous. Sous la génération Houphouët BOIGNY, nous avons été pouponnés. La génération intermédiaire nous a entrainés dans le traumatisme et dans la guerre. Cependant le MOJACI va redéfinir un nouveau contrat social dans lequel la jeunesse sera réhabilitée. Le MOJACI n’est ni un quelconque mouvement de soutient, ni une organisation de trop. Nous sommes la troisième voie, la voie de ceux qui n’ont pas de voie. Cependant, le MOJACI n’hésitera pas à accompagner tous ceux qui veulent nous aider dans cette mouvance de réhabilitation. Nous militons en faveur de la responsabilisation politique de la jeunesse dans cette dynamique d’émergence du pays. Je profite de cette occasion pour demander pardon au nom de tous mes camarades, au nom de KKB, de YAYORO, de BLE GOUDE, de DAMANA PIKASS, d’AHIPAUD M., de GUILLAUME SORO, c’est au nom de toute cette génération que je parle, je demande pardon à toute la nation, pardon aux Présidents BEDIE, GBAGBO, et ALASSANE, pardon à tous nos mamans et aux générations qui nous précèdent. Nous sommes longtemps restés des répondants et des caisses à résonnance. On nous a manipulés un temps, mais on ne pourra pas nous manipuler tout le temps. Nous demandons pardon et implorons la clémence du Chef de l’Etat, le Président ALASSANE OUATTARA afin qu’il libère tous nos camarades jeunes qui sont encore sous les écrous, pour donner une nouvelle chance à la jeunesse ivoirienne de se réconcilier véritablement et de fermer définitivement cette malheureuse parenthèse.
Le MOJACI milite pour l’accession des jeunes à des hautes responsabilités dans le pays. Nous voulons d’autres ministres issus de la jeunesse. Nous voulons d’autres hauts fonctionnaires jeunes. Bientôt nous allons organiser un grand rassemblement de toute la jeunesse de Côte d’Ivoire à la place FIGAYO avec pour invité d’honneur notre jeune Ministre du Budget. Nous allons dire grand merci au Président OUATTARA pour avoir honoré la jeunesse. Ce n’est ni une question de RDR, FPI ou du PDCI, seulement que nous restons attachés à tout ce qui touche à l’intérêt général des jeunes et ce geste constitue pour nous un signal fort. Cependant le combat de notre génération ne se limite pas à des postes de promotions dans des ministères. C’est le fauteuil présidentiel que nous visons. Cela peut être en 2015, en 2020 ou en 2025. Mais nous voulons voir un jeune devenir Président de la République, et ça c’est le combat de notre génération. Nous demandons à KKB de ne point se décourager, qu’il continue de se battre. Le PDCI aura d’autres congrès. Nous demandons à tous les responsables des partis politiques (AFFI, BEDIE, SOUMAHORO, MABRI,…) de travailler à l’émergence de leurs jeunesses. Qu’on nous propose plus de candidatures jeunes dans la prochaine législature et les élections de développement à venir. Notre combat c’est que les jeunes accèdent à des postes de président dans les partis politiques.

Au niveau economique

Un pays émergent est un pays qui s’inscrit dans un processus global de développement. En règle générale, il s’agit d’un pays du sud. C’est également un pays qui connait une croissance économique rapide, le plaçant sur une trajectoire de convergence avec les pays développés du Nord. Cette croissance économique s’accompagne nécessairement d’une réduction de la pauvreté et de la naissance d’une classe moyenne de plus en plus importante et qui accède à la consommation. Le développement devient permanent et les marchés intérieurs se développent.

Si la Côte d’Ivoire veut atteindre le stade de pays émergent, il nous faut :
•plus d’unités industrielles de transformation de nos matières premières.
•investir dans la recherche pour faire en sorte que les denrées de premières nécessités soient toujours permanentes pour faire face à l’autosuffisance alimentaire.
•Réaliser des produits qui doivent être vendus sur les marchés étrangers.
•Renforcer les capacités de financement des Etablissements Public à caractère Industriel et Commercial de l’Etat, tel que le Fonds National de la Jeunesse (FNJ). Le Programme Présidentiel d’Urgence (PPU) et le Programme National de Développement (PND) sont plus orientés vers la reconstruction. Nous les jeunes, nous avons besoin de sortir de la pauvreté. C’est pour quoi le MOJACI lance un appel à l’endroit de la Première Dame. Nous voulons qu’elle vienne en aide à la jeunesse. Nous lui proposons de créer le FAJCI (Fonds d’Appui à la Jeunesse de Côte d’Ivoire), cela pourrait constituer un financement additionnel qui donnera certainement un bouffé d’oxygène à tous ses jeunes sans emplois.
•Une meilleure répartition des revenus nationaux.

Au niveau sociologique

Changement de mentalité des jeunes, de comportement. Avoir un comportement citoyen,…………

SANOGO KAKOU
SERGE GUSTAVE

PRESIDENT NATIONAL
MOJACI
mojaci2013@gmail.com

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ