x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Politique Publié le vendredi 26 décembre 2014 | APA

Côte d’Ivoire : le gouvernement dénonce le ‘’chantage’’des détenus grévistes de la MACA

© APA Par Atapointe
Bonne gouvernance : un progiciel de collecte de données remis au ministère de la justice
Vendredi 7 Juin 2013. Tour administrative B au Plateau. Cérémonie de présentation du progiciel de collecte de données statistiques des juridictions au ministère de la justice et des droits de l`Homme. Le ministre Garde des sceaux Gnénéma Coulibaly et Meité Sindou du SNGRC présidaient ladite cérémonie.
Le gouvernement ivoirien a dénoncé le ‘’ chantage’’ des prisonniers grévistes de la faim de la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA), et les appelle à mettre un terme à leur mouvement, indique un communiqué du ministère de la Justice, des Droits de l’Homme et des Libertés publiques (MJDHP), dont APA s’est procuré, jeudi soir, une copie.

"Le MJDHP prenant à témoin l’opinion nationale et internationale, demande une fois de plus aux détenus grévistes dont certains se sont depuis longtemps désolidarisés, de immédiatement mettre fin à leur mouvement", souligne le communiqué signé du Procureur de la République, Richard Adou Christophe.

Les grévistes détenus, pour la plupart, pour des faits portant ‘’attaques armées contre les commissariats et postes militaires’’ intervenues à fin 2011, 2012, 2013 et mai 2014, réclament leur libération provisoire au motif qu’ils sont détenus ‘’depuis longtemps’’.

Selon le ministère de la Justice, les faits reprochés à ces détenus sont "d’une extrême gravité qui ont entrainé mort d’hommes notamment au sein des Forces républicaines de Côte d‘Ivoire".

Leur requête qui traduit simplement un ‘’chantage’’ ne saurait ‘’prospérer dans un Etat de droit’’, fait remarquer le Procureur de la République qui relève que l’instruction des procédures les concernant est ‘’achevée’’ et les procès sont ‘’programmés’’ ou en ‘’cours’’.

En dépit de ces avancées, les prisonniers ont entamé cette grève de la faim pour ‘’exiger leur libération’’, et ce malgré les assurances du Procureur de la République, responsable de la cellule spéciale d’enquête et d’instruction, déplore le Parquet.

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ