x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le vendredi 25 février 2022 | Le Nouveau Réveil

Cherté de la vie / Rencontre Achi et associations de consommateurs : Le gouvernement rattrapé par ses décisions inefficaces

© Le Nouveau Réveil Par DR
Lutte contre la cherté de la vie : Patrick Achi prend le problème à bras le corps
Le Premier Ministre ivoirien, Patrick Achi, a  échangé le 24 février à Abidjan, avec trois groupements, en vue de trouver une solution à la question de la cherté de la vie. Il s’agit de l’Association des Consommateurs, des Acteurs des marchés du vivrier et des Transporteurs. 

Le gouvernement a adopté le 21 juillet 2021, en Conseil des ministres, huit mesures immédiates pour renforcer la lutte contre la flambée des prix de certains produits de première nécessité. Ce sont la tenue de rencontres sectorielles avec les différents acteurs économiques, l’encadrement des prix du riz, de l’huile de palme raffinée, de la viande de bœuf et de la farine, le renforcement de la surveillance du marché et l’intensification de la communication sur les prix et les actions menées dans le cadre de la lutte contre la vie chère. On y ajoute la révision de la norme NI (Norme Ivoirienne) sur le pain, la facilitation du retour des bouviers qui convoient le bétail du Mali et du Burkina Faso vers la Côte d’Ivoire, l’installation de comités locaux de lutte contre la vie chère et le renforcement de la lutte contre le racket sous toutes ses formes. Et même la réactivation du Conseil national de la lutte contre la vie chère décidée le 02 juillet. Le ministre Souleymane Diarrassouba, le 19 juillet 2021, indiquait : "En janvier 2021, à l’issue des discussions avec les industriels, nous sommes convenus de suspendre les hausses de prix de l’huile de table raffinée et de geler ceux de la farine boulangère. En mai 2021, en accord avec les acteurs du marché, nous avons pris des mesures de fixation de prix maximum convenus sur la période de crise énergétique pour la viande de bœuf, le ciment, et le maintien du prix de la baguette de pain à 150 FCFA". Au vu de toutes ces décisions et ces belles paroles, l’on constate que malgré tout, les populations subissent des augmentations de prix de denrées de première nécessité, sans que rien ne leur soit expliqué, mais bien plus sans que les mesures préventives annoncées ne donnent de résultats. Juste du saupoudrage.


JEAN PRISCA

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ