x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Économie Publié le mardi 12 avril 2022 | Le Nouveau Réveil

Aboisso/ Renforcement de la compétitivité : Le dialogue public-privé préconisé

Le projet des chaînes de valeur compétitives pour l'emploi et la transformation économique (PCCET) est une initiative pour laquelle la Banque Mondiale s'est engagée à apporter un appui considérable d'environ 200 millions de Dollars, soit 118 milliards de nos francs. « L'appui financier et technique que la Banque Mondiale apporte à projet doit aider à renforcer la compétitivité des chaînes de valeur ivoiriennes en commençant par l'ananas, l'hévéa, l'huile de palme », a signifié Coralis Jevers, directrice des opérations de l'institution bancaire en Côte d'Ivoire, lors de la cérémonie de lancement à Aboisso. Pour atteindre les objectifs fixés, le projet a été structuré en cinq composantes présentées par Arthur Coulibaly, conseiller technique du Premier ministre.


Voyons à présent ce qu'a dit Arthur Coulibaly sur la toute première portant sur le renforcement de la compétitivité. « Pour la composante du renforcement de la compétitivité, il s'agit d'opérer un dialogue public-privé pour identifier les défaillances dans les chaînes de valeur, qui les empêchent d'atteindre leur plein potentiel. Nous allons nous appuyer sur les études existantes et celles à venir pour aller plus vite et avoir des résultats concrets. Sur cette base, nous allons réaliser des investissements dans les chaînes de valeur. Ces investissements seront de plusieurs ordres: les investissements dans la logistique à température contrôlée, dans les points de collecte, dans la mise en place des unités de conditionnement et dans la certification des produits, pour permettre d'assurer un certain niveau de revenu, mais d'accéder à certains marchés » a-t-il exposé.


Avant de poursuivre en ces termes: « Dans cette composante, il s'agit de regarder de tout ce qui en amont, dans et en aval des chaînes de valeur concernées, peut contribuer à leur amélioration. Pour améliorer quelque chose, il faut pouvoir la mesurer. Pour mesurer, il faut des données.

Le projet va s'employer à apporter sa contribution pour que dans une chaîne de valeur, pour une même grandeur, on n'ait pas des valeurs différentes. C'est une valeur pour la même chose. Dans le cadre de la compétitivité des chaînes de valeur, le projet va également investir dans l'employabilité des femmes et cela passe par l'investissement dans les crèches, dans les centres de la petite enfance pour pouvoir permettre aux femmes de pouvoir laisser les enfants sous bonne garde et aller faire leur travail et revenir. On va aussi investir dans les initiatives de formation des femmes à l'entrepreneuriat féminin. »


FRANCK DESTINEE

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Économie

Toutes les vidéos Économie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ