Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Diplomatie
Article
Diplomatie

L’ambassadeur du Rwanda en Côte d’Ivoire interpelle sur l’impunité des génocidaires de 1994

Publié le jeudi 11 avril 2019  |  AIP
Commémoration
© APA par Saliou AMAH (Photo d`archive utilisée juste a titre d`illustration et ne correspond pas forcément avec le contenu de l`article)
Commémoration à Abidjan de l`an 25 du génocide Rwandais de 1994
Le vingt-cinquième anniversaire du génocide perpétré contre les Tutsis (groupe ethnique) au Rwanda en 1994 qui a fait plus d`un million de morts, a été commémoré jeudi à Abidjan au cours d`une cérémonie co-organisée par la Banque africaine de développement ( BAD) et l`ambassade du Rwanda en Côte d`Ivoire


Abidjan, L’ambassadeur du Rwanda en Côte d’Ivoire, Stanislas Kamanzi, a interpellé jeudi, la communauté internationale sur l’impunité de ceux qui ont mis à exécution le génocide de 1994, au cours de la cérémonie marquant la 25e commémoration de cet évènement tragique, au siège de la Banque Africaine de Développement (BAD).

« Au moment où nous marquons la 25ème commémoration du génocide de 1994 perpétré contre les Tutsi, il y a une question qui persiste et qui nous interpelle tous, à savoir l’impunité dont bénéficient ceux-là mêmes qui ont mis en exécution le génocide, et qui jouissent de liberté totale dans différents pays qui les hébergent de par le monde. Ces derniers ne se sont jamais souciés de les traduire en justice », a relevé M. Kamanzi.

« L’impunité des génocidaires n’est sincèrement pas de mise, si les Nations du monde ne veulent pas entretenir les velléités de récidive ou de banalisation du génocide et de son idéologie destructrice. De plus en plus, nous observons des situations où ces génocidaires sont facilités d’avoir accès à des espaces politiques qui leur permettent de raviver leurs messages de haine et d’entretenir leur campagne de révisionnisme et négationnisme », a-t-il poursuivi.

Selon le diplomate, le gouvernement du Rwanda a entrepris des discussions avec ces pays, en vue de se mettre d’accord sur une démarche d’extradition ou, à défaut, sur la prise de dispositions nécessaires afin que ces suspects soient jugés sur place.

« Je voudrais saisir cette opportunité pour réitérer les vifs remerciements de mon gouvernement à tous ces pays qui ont déjà initié des processus dans l’un ou l’autre sens. A ce jour, il subsiste toujours beaucoup de cas ou ni l’une, ni l’autre option n’a été prise », a-t-il signifié.

Pour Stanislas Kamanzi, le génocide perpétré contre les Tutsi s’est passé pendant que les instances multilatérales qui sont en charge de la sauvegarde de la paix et de la sécurité internationales, « ont décidé de ne rien entreprendre pour mettre fin à ces massacres, sous l’influence d’intérêts néo-coloniaux peu soucieux de la valeur des vies humaines en péril ».

Pendant les 100 jours du génocide, les victimes furent exposées à toutes sortes de tourments et d’atrocités comme le viol, la torture, en prélude d’une mise à mort violente certaine.

(AIP)

ena/fmo
Commentaires
Playlist Titrologie
Toutes les vidéos Titrologie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment