Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Économie
Article
Économie

Rencontre entre le premier ministre et le secteur privé : le discours du président de la chambre de commerce et d’industrie

Publié le vendredi 18 septembre 2020  |  Abidjan.net
Rencontre
© Abidjan.net par Atapointe
Rencontre d`échanges entre Premier Ministre Hamed Bakayoko et le secteur privé ivoirien
Abidjan le 16 septembre 2020. Son Excellence Monsieur Hamed Bakayoko, Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Ministre de la Défense, a échangé ce mardi avec le secteur privé ivoirien, notamment, le Patronat, la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI).Photo : Touré Faman, Président de la Chambre de Commerce et d`Idustrie de Côte d`Ivoire (CCI-CI).


Excellence Monsieur le Premier Ministre, Ministre de la Défense, Chef du Gouvernement,

Mesdames et Messieurs les membres du gouvernement,

Mesdames et messieurs les membres du Comité de Concertation Etat Secteur privé,

Monsieur le Président de la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire,

Messieurs les présidents des chambres consulaires,

Mesdames et messieurs les Chefs d’Entreprises

Mesdames et messieurs

Excellence monsieur le Premier Ministre

C’est un immense honneur pour nous de prendre la parole à l’occasion de votre première rencontre d’échanges avec le secteur privé.

Permettez-nous de profiter de cette tribune pour vous féliciter pour votre nomination en qualité de Premier Ministre, Ministre de la Défense et Chef du Gouvernement de la République de Côte d’Ivoire. Nous formulons le vœu que votre mission soit jalonnée de succès et de réussites.

Nous nous réjouissons également de votre volonté de mettre le secteur privé au cœur de vos actions gouvernementales et la rencontre de ce jour en est une parfaite illustration.

A ce stade de mon propos, qu’il nous soit permis de saluer la mémoire de votre illustre prédécesseur, Feu le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, grand artisan du renforcement du dialogue avec le secteur privé sous la houlette du Président de la République.

Excellence Monsieur le Premier Ministre, vous êtes l’un des nôtres pour avoir fait vos armes en tant que dirigeant d’entreprises et nous sommes persuadés qu’ensemble, nous trouverons les réponses à nos préoccupations.

Nous exprimons notre reconnaissance pour les efforts du Gouvernement à l’endroit du secteur privé. Nous apprécions particulièrement l’approche participative utilisée pour aborder les problèmes économiques à travers les rencontres du Comité de Concertation Etat-Secteur Privé. Cette plateforme a largement favorisé l’instauration de rapports constructifs et permis d’apporter des solutions concrètes aux problèmes de nos entreprises.

Par ailleurs, nous louons l’appui exceptionnel et inédit apporté par le gouvernement au secteur privé, pour lui permettre de faire face à l’impact de la pandémie du COVID-19 sur les entreprises à travers la mise en place des trois fonds destinés aux entreprises, ainsi que les mesures économiques, sociales et fiscales.

Excellence Monsieur le Premier Ministre

Cette occasion est aussi opportune pour vous soumettre les sujets récurrents du monde de l’entreprise, qui bien qu’ayant trouvé des débuts de réponse, demeurent des leviers importants à actionner par le Gouvernement afin de développer un tissu économique national à la hauteur des ambitions économiques de notre pays. Dans notre entendement, il nous parait primordial que les entrepreneurs locaux s’approprient les rênes de notre économie comme vous l’avez indiqué lors de notre visite de courtoisie.

C’est ainsi que les questions liées au financement des entreprises notamment des PME, au renforcement de leur capacité, à l’accès à la commande publique mais également à leur capacité à s’exporter sur les marchés étrangers, doivent être définitivement résolus.

Notre vision est de créer une véritable dynamique de progression d’ensemble des entrepreneurs ivoiriens dans tous les secteurs stratégiques de notre économie.

Pour revenir au contexte économique actuel marqué par l’impact de la COVID-19, ainsi que les réponses apportées par le Gouvernement, nous voudrions porter à votre connaissance, excellence monsieur le Premier Ministre, les propositions que nous souhaitons formuler pour permettre une meilleure adaptation de nos entreprises.

· Sur le fonds de soutien aux PME

Le bilan de la première phase de fonctionnement du fonds de soutien COVID-19 laisse apparaître un faible taux de consommation comparé aux besoins exprimés par les entreprises. De l’analyse des conditions d’accès et du mode opératoire des fonds, il ressort des goulots d’étranglement et un délai relativement long dans le traitement des dossiers.

Aussi, proposons-nous que la phase définitive qui vient d’être engagée avec la prise du nouvel arrêté, donne lieu à une campagne de communication qui rassure les entreprises laquelle nous souhaiterions être associés

En outre, la plupart des analystes estiment qu’il faudrait au moins trois ans pour juguler les effets de la crise sur le secteur productif dans une perspective de sortie de crise à fin 2020. Les besoins d’appui financiers qui ont justifié la mise en place de ces fonds demeureront au moins sur le moyen terme.

A cet effet, nous suggérons de prendre des mesures de continuité des interventions du Fonds de Soutien des PME COVID-19 sur une période d’au moins 3 ans.



· En ce qui concerne la législation relative au télétravail et à la transformation digitale

Compte tenu de l’évolution de la pandémie dont personne ne peut prédire la fin, le télétravail a fini par s’imposer comme un mode alternatif de travail. Afin de protéger à la fois employeur et employé, Il s’avère nécessaire de mettre en place une réglementation adaptée.

Aussi, pour faciliter la mise en œuvre de ce mode de fonctionnement par les entreprises, un accent doit être mis sur le développement et l’accessibilité aux technologies de l’information et de la communication.

Nous préconisons d’une part que les textes législatifs et réglementaires appropriés relatif au télétravail soient pris et d’autre part que soit accélérée la transformation digitale de l’économie pour assurer la compétitivité de nos entreprises.



· Relativement au secteur privé de la santé

Nous souhaitons qu’un regard particulier soit porté sur les établissements privés de soins.

En effet, la situation sanitaire accroit non seulement la demande interne de soins, mais les cas graves de santé habituellement transférés hors du pays doivent être pris en charge sur place. Dans une telle circonstance, la qualité des plateaux techniques des établissements de soins en Côte d’Ivoire devient un enjeu majeur. Même si l’Etat a réalisé d’importants investissements dans ce domaine, il est cependant nécessaire de soutenir l’amélioration du plateau technique des établissements privés de soins.

Nous suggérons à cet effet de prendre des mesures de défiscalisation du matériel médical pour favoriser le renforcement ou le renouvellement des plateaux techniques des établissements privés de soins.



· Pour ce qui est du secteur de l’hôtellerie

Il est d’avis général que tout le secteur de l’hôtellerie, de la restauration et du tourisme a particulièrement souffert de la crise. Mais le cas des établissements hôteliers situés sur la côte en bordure de mer mérite une attention particulière. Du fait de l’atmosphère corrosive et de la fermeture prolongée, les équipements ont connu une dégradation plus rapide et plus prononcée.

Pour aider ce secteur à se remettre, nous proposons de prendre des mesures fiscales de soutien au renouvellement des équipements des hôtels situés sur le littoral.







· En ce qui concerne l’industrialisation

La question de la transformation des produits agricoles figurant au cœur des priorités nationales, nous souhaitons que les mesures de soutien prises en faveur de certains secteurs tels que l’anacarde, soient étendues à la plupart des filières agricoles de notre économie.

De plus, l’annexe fiscale 2020 a exonéré les entreprises de transformation des produits agricoles en produits finis des impôts suivants :

- La taxe sur les opérations bancaires sur les prêts affectés à l’installation d’unités de transformation de produits agricoles en produits finis ;

- La contribution des patentes et l’impôt foncier des installations affectées à la transformation des produits agricoles, sur une période de cinq (5) ans à compter de la fin du programme d’investissement.



Ø Il nous parait opportun que cette exonération soit étendue aux transformateurs en produits semi-finis dans l’objectif de voir s’accroître le taux de premières transformations qui contribuera au développement industriel dans le cadre de la vision de l’Etat de Côte d’ivoire d’opérer une transformation structurelle de l’économie ivoirienne.





Excellence Monsieur le Premier Ministre,

Mesdames et messieurs les membres du gouvernement

Chers opérateurs économiques présents ce jour

Mesdames et messieurs



Au terme de notre intervention, nous voudrions adresser nos vifs remerciements à son excellence Monsieur le Premier Ministre et à travers lui, à tout le Gouvernement pour son engagement en faveur d’un secteur privé fort, véritable moteur du développement inclusif de notre pays.

Je vous remercie pour votre aimable attention.



Faman Touré, président de la Chambre de Commerce et d'industrie de Côte d’Ivoire
Commentaires
Playlist Economie
Toutes les vidéos Economie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment