Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Politique
Article
Politique

La Cour africaine ordonne à l’Etat de Côte d’Ivoire de réintégrer Gbagbo sur la liste électorale

Publié le vendredi 25 septembre 2020  |  APA
CPI
© AFP par DR
CPI : l’ex Président Laurent Gbagbo devant les juges
Mardi 19 février 2013. La Haye. L’ancien président ivoirien comparait à la Cour pénale internationale (CPI), pour crime contre l’humanité.


Abidjan (Côte d'Ivoire) - La Cour africaine des droits de l'Homme et des peuples a ordonné vendredi à l'unanimité, à l'État de Côte d'Ivoire de réintégrer l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo sur la liste électorale de 2020.

« La Cour, à l'unanimité, ordonne à l'État défendeur de prendre toutes les dispositions nécessaires en vue de lever immédiatement tous les obstacles empêchant le requérant ( M. Gbagbo) de s'enregistrer sur la liste électorale», indique cette décision consultée par APA.

Auparavant, la Cour a demandé la suspension de la mention de la condamnation pénale du casier judiciaire du requérant jusqu'à à ce qu'elle se prononce sur le fond de la requête principale. Le nom de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo a été retiré de la liste électorale ivoirienne de 2020 et sa candidature à l'élection présidentielle ivoirienne du 31 octobre prochain a été invalidée par le Conseil constitutionnel.

Selon la Commission électorale indépendante (CEI), l'organe électoral ivoirien, deux raisons peuvent fonder le retrait d'une personne sur la liste électorale, notamment, la perte de ses droits civiques ou le décès de l'électeur.

Ce retrait de M. Gbagbo du listing électoral avait occasionné des manifestations de rue à Abidjan avec l'interpellation de certains militants de l'opposition.

Mi-septembre dernier, rappelle-t-on, la Cour africaine des droits de l'homme et des peuples avait également demandé à l'État de Côte d'Ivoire « de prendre toutes les mesures nécessaires en vue de lever immédiatement tous les obstacles» pour que le requérant Guillaume Soro, l'ex-président de l'Assemblée nationale ivoirienne, puisse « jouir de ses droits d'élire et d'être élu ».

M. Soro qui est en exil en France et qui est poursuivi par la justice ivoirienne, a vu lui-aussi, son nom retiré du listing électoral ivoirien de 2020 et sa candidature invalidée pour la présidentielle du 31 octobre prochain.

MM. Gbagbo et Soro font l’objet d’une condamnation par la justice ivoirienne.

LB/ls
Commentaires
Playlist Politique
Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment