x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Politique Publié le lundi 21 février 2011 | L’Inter

Résolution de la crise ivoirienne : Le début de la délivrance? , Ce que les Ivoiriens attendent du panel

C'est aujourd'hui l'arrivée des 5 chefs d'Etat désignés par l'Union africaine (UA) pour
trouver une solution pacifique à la crise post-électorale en Côte d'Ivoire. Ce lundi 21
février 2011 marque l'ouverture d'une nouvelle page dans la résolution de cette crise,
dont les effets se font de plus en plus insupportables pour les Ivoiriens. Mandaté pour
un mois par le sommet, qui s'est tenu le 31 janvier dernier à Addis-Abeba (siège de
l'UA), le Panel attendu constitue un réel motif d'espoir pour les populations
ivoiriennes, étouffées, essoufflées, principales victimes de la situation. Depuis bientôt
trois mois, les Ivoiriens vivotent tentant vaille que vaille de tenir le coup face aux
effets collatéraux de la bataille que se livrent impitoyablement les deux protagonistes
de la crise. C'est-à-dire le président Laurent Gbagbo, proclamé vainqueur du scrutin
du 28 novembre dernier par le Conseil constitutionnel et l'ancien Premier ministre
Alassane Ouattara, déclaré lui, victorieux par la Commission électorale indépendante
(CEI) et la certification de l'ONU via le représentant spécial du secrétaire général
Ban Ki-Moon en Côte d'Ivoire, Choi Young-Jin. Le bras de fer autour du fauteuil
présidentiel entre ces deux géants a entrainé la Côte d'Ivoire quasiment dans le
gouffre. Les mesures et autres restrictions prises pour contraindre l'ex-tenant du
pouvoir toujours assis au Palais d'Abidjan à déblayer les lieux, tendent à asphyxier le
peuple. Toutes ces mesures ont pour conséquences, aujourd'hui, le chômage
technique auxquels des milliers de travailleurs sont contraints, l'aggravation de la
paupérisation des masses, l'accentuation de la misère dans les ménages... Bref, les
Ivoiriens se meurent et n'attendent que la délivrance. Une délivrance qui ne peut
venir que de la médiation engagée par l'UA avec 5 chefs d'Etat, et non des moindres,
sur qui ils comptent pour sortir leur pays du gouffre. Ce lundi 21 février va-t-il
marquer le début de cette délivrance? En tout cas, c'est le plus grand souhait des
populations vivant en Côte d'Ivoire que l'arrivée des présidents Mohamed Ould Abel
Aziz, Blaise Compaoré, Idriss Déby Itno, Jacob Zuma et Jakaya Kikwete ne
ressemble pas à une visite comme bien d'autres depuis le début de la crise, qui n'ont
véritablement rien donné. Ils attendent de ce panel de haut niveau, avant de quitter
Abidjan, qu'il leur donne la bonne nouvelle qu'une issue heureuse est en train de se
trouver avec Gbagbo et Ouattara dans des postures autres que celles radicales, qu'ils
ont eu à servir jusqu'à présent. Pour ce faire, le panel dont les décisions sont prévues
pour s'imposer de façon ''contraignante'' aux deux parties en crise, doit éviter les
erreurs des premiers médiateurs. Plutôt que de se laisser prendre dans les égos des protagonistes, il devra regarder les souffrances auxquels ces acteurs ont soumis leur peuple pour trancher ce différend sans complaisance pour un camp ou pour l'autre. Il s'agira pour le président Abdel Aziz et ses pairs d'éviter de s'arcbouter également sur une position qui ne fera avancer les débats et va encore prolonger les souffrances de la masse. Juste pour servir les intérêts d'une minorité avide du pouvoir, mais repue, pendant que la population croupit dans la pire des misères jamais connue dans ce pays aux énormes potentialités. Le peuple de Côte d'Ivoire en a marre et veut sortir de cette crise Gbagbo – Ouattara. Les Ivoiriens ne demandent qu'à revivre. Revivre en étant libérés de leurs politiques dont aucun ne semble se préoccuper du triste sort qui est le leur. Le gagnant dans cette crise, ce doit être ce brave peuple asservis et non un camp politique sur l'autre. A charge au panel de mettre fin à sa souffrance, sans état d'âme, en contraignant les deux protagonistes de la crise à une table du dialogue. Ce dialogue qui a toujours manqué, et qui pourra constituer une amorce de solution et d'espoir avant que les panélistes ne quittent Abidjan, mais également, qui saura éviter qu'il n'y ait d'autre sang versé d'Ivoirien ou de mort à comptabiliser dans les jours et semaines à venir.

Félix D.BONY

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ