x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Économie Publié le vendredi 7 décembre 2012 | Le Democrate

Port fruitier : Des travailleurs virés, ce matin

La crise latente qui secoue les operateurs du Port fruitier d’Abidjan depuis l’année dernière, commence à porter ses coups de semonce sur les pauvres travailleurs, notamment. Pour preuve: ce matin, la société Smpa (Société de manutention des productions agricoles), procédera au licenciement forcé de plus d’une vingtaine de ses ouvriers. Le qualificatif « forcé » employé ici, n’est point fortuit, puisqu’il traduit effectivement la pression subie par cet opérateur, qui l’ont contraint à opter pour cette ultime mesure.

Les motifs de cette situation, qui malheureusement risque de s’empirer, si rien n’est fait, sont à retrouver dans la crise opposant Smpa, une filiale du groupe franco-belge, Sea-invest à un autre opérateur exerçant sur le quai fruitier, en l’occurrence, le groupe Compagnie fruitière, à travers ses filiales, Scb, Eolis, Banador et Aelm, précisent des sources très proches de ce dossier. On le sait, la filière banane-ananas-mangues est partagée en Côte d’Ivoire, entre la Scb (Société des cultures de bananes) et un groupe de producteurs représenté par l’Ocab. Dans le souci d’adapter la filière fruitière aux exigences du marché international, L’Union européenne et l’Etat de côte d’Ivoire, représentée par l’Ocab, ont signé des conventions de financement. Aussi, par décret du 18 janvier 1992, l’Etat de Côte d’Ivoire, a reconnu à l’Ocab, le droit d’usage du terminal fruitier et lui a donné pouvoir de gérer ou de faire gérer le terminal fruitier. L’Ocab a choisi de le faire gérer par la société franco-belge, sur la base d’une convention d’exploitation signée en 2009 et expirant le 26 mai 2019.

Dans le cadre de ce protocole, la Smpa, a réalisé d’impressionnants investissements de près de 3 milliards Fcfa en équipements et matériels. Nos sources font remarquer que ce programme d’investissements lourds, a été réalisé en dépit d’un contexte de crise politique continue depuis 2004, obligeant la chute des volumes transitant par le quai fruitier, estimé à -50% entre 2007 et 2012. « Ces derniers mois, la Smpa, manutentionnaire exploitant le quai fruitier, subit de la part des sociétés Eolis et Scb, des attaques incessantes.

Eolis est même allée jusqu’à nous informer qu’elle cessait toutes relations avec nous, à compter du 14 septembre, sans préavis, et qu’elle faisait appel à un autre manutentionnaire sur le même quai », déplore un cadre de la Smpa. Une décision prise sur un coup de tête, sans tenir compte de l’existence du contrat de gestion exclusif liant l’Ocab et la Smpa. Le 1er octobre 2012, les dirigeants de la Smpa sont informés que le Port autonome d’Abidjan concédait à Eolis, l’utilisation, l’exploitation en tant que manutentionnaire, du quai fruitier. Un acte qui aura de graves conséquences sur les activités de l’opérateur franco-belge, obligé de ce fait, de procéder à une restructuration pour sa survie, d’où, la mise au chômage de ses travailleurs, ce matin. Les travailleurs craignent que la saignée ouverte, ne continue.

T.Guy

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Économie

Toutes les vidéos Économie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ