x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Politique Publié le mardi 15 janvier 2013 | L’expression

Sécurisation/ A Dabou, Tiassalé et Sikensi : les vérités crues de Paul Koffi Koffi

© L’expression Par Prisca
Insécurité à l`ouest : Le gouvernement offre du matériel aux troupes sur le terrains
Le lundi 09 juillet 2012 à l`Etat Major, le ministre Paul Koffi Koffi a fait une rémise de matériel roulant au Chef d’État Major.
Il n’a pas la langue dans la poche. C’est un langage de vérité que le chargé de la Défense a tenu devant les populations du Grand-pont et de l’Agnéby-Tiassa. Paul Koffi Koffi a certes parlé de réconciliation, de paix, mais il s’est surtout étendu sur la sécurité nationale. A la vérité peut-on obtenir la paix et la réconciliation sans la sécurité ? Koffi Koffi Paul répond par la négative. Il revient sur la situation des forêts et plantations de ces zones qui servent de lieux d’entraînement, de refuge et de production du cannabis. Ces activités répréhensibles sont menées par des jeunes qui n’ont d’autre objectif que de s’attaquer aux symboles de l’Etat. « Il y a une semaine, nous avons découvert une cache d’armes à Bonoua », a informé le patron de la Défense. A Sikensi, le ministre a également insisté sur la présence de coupeurs de route au sein de la population. « Ils opèrent autour de vous sur l’autoroute et sur les routes secondaires, et reviennent dormir avec vous. Si vous les dénoncez pas, c’est vous qui en ferez les frais.

Si vous vous taisez alors que vous savez que vos enfants s’entraînent au maniement des armes dans les forêts, ce n’est pas à leur avantage. Ils peuvent perdre la vie dans une confrontation avec nos hommes. Et qui aura perdu si ce n’est pas vous ? », a situé l’envoyé du gouvernement qui demande la coopération et la collaboration des populations. Il a stigmatisé l’attitude de ceux qui continuent à défier l’Etat, refusant de reconnaître le pouvoir Koffi Koffi Paul a été soutenu par le commandant supérieur de la gendarmerie, le général Gervais Kouassi. « Les élections sont terminées et c’est Alassane Ouattara est le président de tous les Ivoiriens. Dans quelques années, il y aura d’autres élections, et chacun votera pour celui qu’il voudra. Mais pour le moment, pensons au développement du pays », a sensibilisé le patron de la gendarmerie.

Des échanges francs et sincères

Albert Kacou Tiapani, maire de Dabou, René Djedjemel Diby, chef du village de Lopou, Abo Faustin, maire de Sikensi, et le ministre Bandaman Maurice, élu de la région de l’Agnéby-Tiassa, ont salué les efforts du gouvernement pour la sécurisation de la zone. Si Tiapani a appelé le gouvernement à mettre la main sur les armes qui sont cachées, René Diby a mis l’accent sur les illusions de certains qui croient au retour de leur mentor et qui se laissent aller à des paroles prophétiques. L’ancien ministre pour le retour de la paix, a exhorté les gouvernants à rassurer ceux qui ont quitté la région par peur de représailles, afin qu’ils regagnent leurs domiciles. Bandaman Maurice demandé à ses parents d’informer les forces de l’ordre sur les mouvements de suspects dans la zone, afin que les malfaiteurs soient débusqués. Abo Faustin a rassuré sur la disponibilité des populations à soutenir leurs forces loyales. Le maire de Sikensi a toutefois insisté sur la nécessité de la formation des éléments des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci). Au sujet des forces régulières, Paul Koffi Koffi n’est pas passé par quatre chemins. « Vous, chefs des forces de l’ordre ; si vous ne mettez pas vos hommes au pas, qu’ils continuent le racket des populations, c’est vous qui serez sanctionnés. Mais en même temps, si vous populations, les provoquez, comme cela a été le cas ici par le passé, et ailleurs, dans d’autres localités, vous serez arrêtés.

Si on trouve également des armes en votre possession, vous serez mis aux arrêts », a averti le chargé de la Défense. Un discours ferme et de vérité devant les populations et les responsables des Frci, des gendarmes et des policiers. Dans les trois localités sillonnées, il a rencontré les forces de l’ordre, après ses échanges avec les populations. Les populations de Dabou, de Orbaff, de Tiassalé et de Sikensi, ont toutes promis leur engagement à la paix et à la réconciliation. « Nous sommes entrés dans la République », a assuré un jeune à Lopou.

Ouattara Abdoul Karim, Envoyé spécial à Dabou, Tiassalé et Sikensi

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ