x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Art et Culture Publié le jeudi 7 mars 2013 | Le Nouveau Réveil

Rencontre littéraire à l’université / Véronique Tadjo : «Je me sens proche de Noël Ebony»

© Le Nouveau Réveil Par DR
Littérature : Ouvrages finalistes du prix ivoire 2010.
L’Association Akwaba Culture, organisatrice du Prix Ivoire pour la Littérature Africaine d’Expression Francophone, a livré les ouvrages finalistes de l’édition 2010 dudit Prix. Photo :"Loin de mon père" de Véronique Tadjo.
Le département de Lettres modernes de l’université Félix Houphouët-Boigny (Abidjan-Cocody) avec à sa tête son nouveau chef, Pr. Kouassi Virginie, a reçu dans le cadre de ses rencontres littéraires, Véronique Tadjo, poète et écrivain, de passage à Abidjan. Avec les enseignants et les étudiants, elle a décortiqué son écriture qui autorise à souhait un accouplement du vers et de la prose pour donner un texte ouvert et multiforme. Pr. Adom et Dr. Assi Diané ont d’abord analysé les deux facettes de cette écriture innovante qui brise les cloisons entre poésie et narration. Cette fécondation aboutit à un texte qui épouse l’ère du temps avec une influence avouée de l’écriture d’Aragon. Pour elle, sa poésie n’est jamais renfermée sur elle-même, mais ouverte sur «tous les domaines de la vie». Mélange des genres, écriture hybride, jeu de construction, va-et-vient entre prose et vers sont caractéristiques du texte de Véronique Tadjo : «Je me sens proche de Noël Ebony, du point de vue de ma conception de la poésie», a-t-elle dit. Les échanges entre l’auteur, les enseignants et les étudiants ont permis de comprendre ses motivations, sa technique d’écriture et les valeurs qu’elle véhicule : «Quand je dois écrire, je sais le début, le milieu et à peu prêt la fin, mais je mets du temps à trouver la forme», a-t-elle confessé pour dire que l’écrivain cherche toujours à trouver la forme la mieux élaborée et le style le plus innovant. A la fin de la rencontre, dont le modérateur était Pr. Coulibaly Adama, le doyen de l’Ufr Langues, littératures et civilisation, qui a suivi de bout en bout le débat, a dit grand merci à l’auteur qui s’est prêté au jeu et a souhaité que des thèses se consacrent à son œuvre dont la richesse lui a valu des lauriers. La prochaine rencontre littéraire du mois d’avril accueillera Venance Konan, journaliste-écrivain.
FRANÇOIS KONAN

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Art et Culture

Toutes les vidéos Art et Culture à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ